Le site d'Aimé Jean-Claude

ânkh et sa newsletter consacrée à l'activité du mois de juin 2015...

 

 

 

 

 

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com  

 

 

Bonjour,    

 

Veuillez trouver ci-dessous les dernières publications du site d'Aimé j-c...

 

 

(c) Ministry of Antiquities, Press Office

 

Six hypogées auraient été découverts en Juin 2015 et ce à Assouan selon le Dr Mamdouh Eldamaty !

Nous serions en cette ère de la 26e dynastie, au niveau du mausolée de l'Aga Khan.

 

Cela fut réalisé dans le cadre de travaux de terrassement effectués par la mission égyptienne à Assouan ainsi qu'en Nubie :

- Des sarcophages en bois,

- Des momies,

- Les quatre fils d'Horus,

- Un groupe d'amulettes,

- Des petites statues en bois d'Horus le faucon,

- ...

 

Ainsi selon :

 

- M. Eldamaty...

Cela représenterait la première découverte concernant la fin de la période du cimetière antique à Assouan !

Une importance certaine...

 

- M. Nasr Salama...

La technique utilisée afin d'ériger les dernières demeures devait être complètement différente en comparaison avec celles de la région !

De plus, la plupart des dernières demeures commenceraient par un escalier de 30 marches menant à l'entrée principale.

 

Chaque hypogée serait ainsi divisé à l'intérieur en trois ou alors en quatre chambres !

Aucune inscription...  (?)

 


Découvrirons-nous prochainement le style architectural de cette période ?

 

Notons au passage...

Cette région a été soumise à de nombreuses fouilles, tout à fait illégales celles-ci : au point même qu'apparemment certaines inhumations y auraient été ainsi découvertes...

...

Clé de VIE

 

En espérant que vous prendrez autant de plaisir à lire mes textes que j'en ai eu à vous les écrire !

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Source

 

Nous allons traiter aujourd'hui une thématique bien particulière s'il en est véritablement !

Elle est du reste passionnante...

Autant que spécifique...

C'est l' "acculturation".

Cela pourrait concerner toutes les diverses interactions culturelles probables, celles qui auraient pu jouer en tout état de cause dans l'évolution des populations nilotiques.

C'est en fait la "façon" de s'approprier une nouvelle culture... Cette dernière se construit au contact des autres, n'étant évidemment pas imperméable, totalement isolée,... Ainsi, la migration n'est pas la condition de "l'homme moderne", mais celle de l'humanité tout entière et ce depuis qu'elle a commencé son expansion !

 

Ainsi, il n'y a donc pas :

- De cultures pures.

- Et d'autres métissées. Car en finalité, toutes le sont à des degrés différents. L'acculturation représente finalement un paramètre permanent, continu, universel, constitutif même des cultures, et non pas occasionnel !

 

L'acculturation serait donc ce genre de processus engendrant finalement :

 

- De nombreux contacts...

Ils pouvaient avoir été continus, directs, voir imposés dans le cas de figure d'une annexassion d'un nouveau territoire, d'une colonisation par exemple, planifiée, contrôlée, pouvant même ériger à long terme une nouvelle culture...

Se référer pour cela en 1936 à travers les anthropologues américains Melville Herskovits, Robert Redfield, Ralph Linton,...

En d'autres occasions...

Les mêmes jonctions auraient été spontanées, voir même parfaitement libres !

 

- Des modifications, des transformations,...

Et ceci quant à la culture d'un groupe, ou même d'une personne,..., et ce évidemment sous l'influence d'une autre culture,...

 

- Des adaptations également...

Elles pouvaient du reste entrainer l'abandon partiel, voir même total de certains éléments d'une culture !

 

- Un enrichissement culturel bien certainement...

 

- ...

 

Nonobstant, l'acculturation ne devrait pas pour autant être synonyme de :

 

- Syncrétisme...

Une sorte de métissage des traits culturel.

Dans ce cas de figure, nous pouvons envisager que deux entités finissent par se confondre pour n'en former qu'une seule finalement : une sorte de combinaison entre la culture d'origine et la nouvelle.

De plus, vous savez bien que le syncrétisme était une chose bien courante au sein même du panthéon de nos anciens.

 

- Cohabitation...

Un mixage sans combinaison...

 

- Assimilation...

Cette dernière serait alors synonyme d'une finalité extrême ! Nous aboutirions alors à la disparition tout simplement d'une des deux entités.

Une sorte d'ethnocide, c'est-à-dire d'une déculturation volontaire et programmée... ?

 

- Et que dire de cette sorte de contre-acculturation ?

Nous sommes alors au sein d'un rejet catégorique de la nouvelle culture ! Celle apportée par une entité, un groupe,... 

De plus...

Nous serions là sur le retour d'une sorte de pureté, celle de la culture d'origine !

 

Ainsi...

Au sujet de ce terme d' "acculturation", je tenais tout particulièrement à préciser, que cela représente uniquement une façon d'engager la réflexion comme vous le remarquerez d'ailleurs à travers les quelques questions ci-dessous.

Cela ne représente certainement pas une conclusion en soit et ce sur une probable interprétation quant à l'évolution de la société pharaonique dans son ensemble ! Nous sommes bien dans le cadre d'appréhension, de compréhension,...

 

Et cela à la manière dont s'exprimait du reste S. Abou, op.cit, en page 23 et 24, l'acculturation :

 

"C'est parvenir à intuitionner dans l'Autre,

quel qu'il soit,

un autre Soit même ! "

 

En conséquence quelques questionnements peuvent dès lors être légitimement posés, tout au long de l'ère pharaonique, par exemple :

 

- Y aurait-il eu une certaine continuité entre nos anciens Egyptiens et ceux d'aujourd'hui ?

Dans cette lignée de pensée, souvenons-nous de certains papyri d'époque romaine. Ils sembleraient parfois démontrer que beaucoup de soldats romains eurent des enfants quelque peu "illégitimes" et ce bien évidemment, avec les habitantes locales, les Egyptiennes.

Par ce seul exemple...

Est-il possible d'envisager qu'il pouvait y avoir une véritable continuité ?

 

- Quant au code génétique de nos anciens...

Pouvait-il avoir réellement subit des transformations d'importances et ce à travers ses différents ajouts extérieurs ? N'oublions pas que nous mentionnons quand même une période de plus de 3 000 années ?

Souvenons-nous...

Pendant au moins 500 à 600 années...

N'y avait-il pas eu d'occupations quant à cette terre sacrée ?

- Les Hyksos,

- Les Lybiens,

- Les Nubiens,

- Les Assyriens,

- Les perses,

- Les Lagides,

- ... En fait, nous mentionnons des phases d'immigrations qui visiblement se sont échelonnées au cours d'une bien grande partie de l'Egypte ancienne ! N'oublions pas non plus un paramètre essentiel quant à la modification probable du code génétique, à savoir la densité humaine ! Si nous nous référons à Vercoutter, il y aurait eu pas moins de quatre millions d'habitants au Nouvel empire...

Une chose me semble cependant parfaitement certaine, la civilisation égyptienne fut bien un creuset, une sorte de melting-pot, où se sont fondus différents éléments culturels, conditionnés certainement par une réalité géographique locale. Ce mélange a en tout cas donné naissance à l'une des civilisations les plus originales de l'Humanité. Ce qui fait, selon moi, la richesse d'une civilisation ce sont bien les échanges qu'elle peut avoir avec d'autres cultures, et surtout d'ailleurs la façon dont elle semble conserver certains facteurs culturels pour les transformer, avec sa vision propre, en traits spécifiques à elle-même, d'une façon originale ! 

 

- Sommes-nous si certains de cette filiation ?

Celle que d'aucuns supputeraient comme véritablement unique. Vous l'aurez bien compris, je soulève l'argumentation des Coptes avec les Egyptiens anciens ? 

Sommes-nous si certain que cela du "non métissage des Coptes", notamment avec les Chrétiens de l'extérieurs, avec... ?

 

- ...

Carte_Hittites.gif

 Source

 

Clé de VIE

 

         cliquer ici   Lire l'article en ligne…

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Pectoral with a depiction of the god Shed.

Roemer und Pelizaeus Museum, Hildesheim

PM 5922.

18e - 20e dynastie.

Or.

H : 6.9 cm.

Source

 

Voici un magnifique pectoral, celui relatif à notre netjer enfant Ched. Un beau pendentif en métal précieux. Notons au passage, que cela ne fut pas toujours le cas... A la manière certainement d'un prince adolescent, nous pouvons observer notre déité Ched figuré en son centre.

 

Il semblerait qu'il devait avoir ce rôle, celui d'apporter une sorte de protection magique :

- Tout d'abord vis-à-vis de celui qui le portait bien sûr, de son vivant....

- Puis cela devait aussi concerner sa momie...

Tout cela probablement au même titre que les fameuses amulettes que vous connaissez.

 

Précisons cependant que l'origine même de ce pectoral nous est totalement inconnue, bien malheureusement du reste. Et comme vous avez pu lire au niveau de sa modeste description ci-dessus, il serait bien en or et serti de pierres colorées : furent-elles précieuses d'ailleurs ?

 

De la sorte, vous pouvez parfaitement y remarquer :

- Sur sa tempe...

La fameuse mèche de l’enfance !

- Sur sa propre poitrine...

Il semblerait qu'elle même soit parée d'un large collier.

- Quant à son pagne d’apparat...

Vous aurez noté qu'il est bien plus long derrière que devant.

- Votre attention se sera certainement portée également au niveau de son dos...

Une sorte de carquois semble bien y être représenté, accompagné d'ailleurs d'un arc. Tout ceci accroché à sa ceinture...

 

Notre petit protecteur tient du reste bien fermement deux gazelles, certainement étaient-elles sensées être sauvage ?

Des serpents aussi...

En parallèle, nous pouvons le voir piétinant littéralement deux crocodiles...

 

Un netjer sauveur à n'en pas douter.

Nonobstant...

Ce qui semble néanmoins bien curieux, c'est que nous devrions être au sein de cette période bien spécifique, celle du pharaon Akhenaton.

Caractéristique, puisque d'aucuns suggèrent effectivement que cette ère fut monothéiste (?)

 

Notre netjer ne préfigurerait-il pas finalement les fameuses stèles tardives dites d’Horus aux crocodiles ?

Protégeant... ?

Guérissant des piqûres de scorpion, de serpent,... ?

 

25199_e024772.001.jpg

Le jeune netjer Ched, visiblement devait chasser !

"Le sauveur".
Vers 1200 à 800 avant notre ère.

Ce type de stèle préfigurait visiblement

les stèles "D'Horus-sur-les-crocodiles". 

© Musée du Louvre.

N524.

© G. Poncet.

  Source / Lien

 

Clé de VIE

 

fleche_detouree.jpg   Lire l'article en ligne…

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Source / Lien

 


Nous sommes bien au sein de cet art du Moyen Empire. Entre 2033 et 1786 avant l’ère du Christianisme, avec cette fantastique chapelle à piliers, blanche érigée visiblement par Sésostris I.

Analogie probable à une sorte de kiosque avec une double entrée…

Montée sur une sorte de soubassement…

Fut-elle du reste ce reposoir-sanctuaire ce que d’aucuns suspectent ?

 

Une structure bien rare finalement !

Elle pourrait même nous permettre d’envisager ce que devait être le cœur même du temple d'Amon ! Puisque ce temple fut bien le plus ancien monument du temple d’Amon à Karnak.

La cour dite du Moyen Empire…

Avec des monuments en calcaire qui ont visiblement aujourd'hui disparu.

 

D’ailleurs…

Cette chapelle représente probablement la mieux conservée du site de Karnak. Elle est véritablement d’une facture classique, cependant elle possède une très belle architecture à travers notamment la finesse de ses gravures.

Mais également les architraves…

Les piliers…

Nous pouvons ainsi y observer pharaon faisant des offrandes à Amon ou à l’Amon ithyphallique.

Et que dire des variantes hiéroglyphiques… ?

Et également de ces signes qui représentent une multitude de détails, identifiant même certains objets du quotidien de nos anciens comme du reste leur propre matière !
 

Elle fut blanche puisque conçue en calcaire !

 

Elle semble avoir subie une histoire bien insolite, peu banale même,…

Cette chapelle aurait été complètement démontée et ce au sein même de la période pharaonique.

Ainsi…

Le grand pharaon Amenhotep III, au Nouvel Empire l’aurait réutilisé en pierre de rembourrage et ce pour les fondations du troisième pylône ! Très récemment dans notre histoire, ce dernier serait devenu bien trop instable et de fait aurait été vidé de son contenu, à des fins de sécurité bien sûr. De ce fait les pierres furent pendant trois mille ans protégées en quelque sorte de l’environnement extérieurs comme des rayons de Râ, de l’abrasion du sable, des pillages, des martelages éventuels,…

 

Et, même si personne ne connaît véritablement son emplacement d’origine, vous pouvez quand même l’admirer de nos jours et cela c’est grâce à l’anastylose d’Henri Chevrier datée de 1938. Nous sommes bien au "Musée de plein air" près des chapelles d’Amenhotep I et de Thoutmosis I…

(P. Lacau, H. Chevrier "Une chapelle de Sésostris I à Karnak. Texte et planches" Le Caire en 1956)

 

Ainsi...

Dans l'article que je vous propose...

Nous allons effleurer en quelque sorte les évènements comme les personnages qui ont permis l'avènement de la fameuse lignée des Sésostris...

 

Voici un superbe schéma de cette très riche chapelle...
Voyez les nombreux pilliers !
 
 

Clé de VIE

 

fleche_detouree.jpg   Lire l'article en ligne…

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------

 

"L’héritage ne se transmet pas,

 

il se conquiert"

 André Malraux (1935)

 



201141221757_chapeau_felicitation_ssc-copie-2.gif

 "On ne doit jamais écrire que de ce qu’on aime.

 

L’oubli

et

le silence sont la punition

qu’on inflige à ce qu’on a trouvé laid ou commun,

dans la promenade à travers la vie"
Ernest Renan

  lhp3.jpg

 

 

  aimé

 

"Ils ne savaient pas que c'était impossible,

 

 

alors ils l'ont fait"

 

 
ânkh et sa newsletter consacrée à l'activité du mois de juin 2015...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :