Le site d'Aimé Jean-Claude

La famine et l'évolution du climat (1), en Égypte ancienne !

ankh hiero 

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com  

     

 

L'Égypte captive...

L'Égypte fascine...  

L'Égypte antique nous apporterait-elle des réponses sur notre propre civilisation ?  

 

"La civilisation égyptienne fut remarquable

pour sa stabilité sur le long terme

et

ce malgré un environnement fait de pression,

avec l'augmentation de l'aridité"

M. Lecuyer

Professeur de géochimie à l’Université Claude Bernard Lyon 1, Laboratoire de Géologie de Lyon : Terre, Planètes et Environnement

http://webpeps.univ-lyon1.fr

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/25/Famine-stela_on_Sehel_Island_2006.jpg

La stèle de la famine dans son environnement...

L'île Séhel, près d'Assouan...

© HoremWeb

Source / Lien

 

Après le faste que l’on connaît de la société pharaonique…

Le beau…

Le splendide

L’admirable…

Le divin…

Le paradisiaque…Tout était conçu pour créer un merveilleux monde, mais bien post-mortem.

Tout du moins, pour une certaine caste…
 

Jusqu’à présent… Et probablement, par une bonne majorité d’entre nous, notre imagination pouvait nous faire croire que la caste des nanties vivait dans de bonnes conditions.

Serait-il possible que notre raisonnement fut faussé par ce faste exprimé au sein des hypogées ?

 

De la même manière, nous subodorions que les pauvres vivaient :

- Dans une profonde désuétude,

- Une probable dénutrition,

-… 

 

→ Mais qu’en fut-il véritablement de la caste des nantis ?

 

→ Vivait-il vraiment dans cette opulence que l’on peut remarquer quant à leur Hypogée ?

 

→ Allait-il jusqu’à se priver de l’essentiel, durant leur vie terrestre, afin d’avoir les moyens de préparer cette éternelle et paradisiaque deuxième existence ?

 

→ ?

 

Ainsi, au sommet de cette île de sehel, dans la fameuse région d'Assouan, se dresse aujourd'hui un rocher de deux mètres cinquante de haut sur environ trois mètre de large dont toute la surface est couverte de hiéroglyphe. 

Le texte qu'il comporte compte trente-deux colonnes s'articulant en cinq paragraphes.

 

Le premier, fait état visiblement d'une famine.

 

Elle faisait suite à une exceptionnelle sécheresse, et aurait sévi sur Kemet durant sept années consécutives.

 

Le deuxième, fut l'ordre donné par le pharaon à un prêtre de se pencher sur le phénomène.

- D'en déterminer les causes...

- De trouver les sources du Nil... 

 

L'Égypte d'aujourd'hui...

Comme celle d'hier d'ailleurs, se trouve positionnée à la terminaison du fleuve.

A l'embouchure du delta qui se déverse dans la mer.

 

Dès lors, Kemet ne peut pas contrôler l'origine même du Nil. Le Nil bleu fournit aux alentours de quatre vint pourcent de l'eau qui traverse Kemet. Un chiffre exorbitant, d'autant plus que ces 80% représente 95% de l'eau douce.

 

Plan de l'article...

 

→ Mais comment étudier l'évolution du climat de Kemet ?

 

→ Une approche indirecte, l’analyse des dents de momies...

 

→ Voici une antithèse à la conclusion de cette étude dentaire...

 

→ Nous allons maintenant dans cette nécropole de Qubbet el-Hawa !

 

→ Ne serait-ce pas là une demi-révolution dans les croyances populaires actuelles... ? 

 

→ Ils devaient visiblement souffrir... 

 

→ L'espérance de vie devait atteindre à peine 30 ans !   

 

  http://s4.e-monsite.com/2011/06/24/06/resize_550_550//Amenhotep-fils-de-Hapou.jpg

Amenhotep "fils de Hapou"...

  (1 435 – 1 356 av JC)

Il voulu vivre jusqu'à 110 ans !

Source 

 

Mais comment étudier l'évolution du climat de Kemet ?

 

Le désert du Sahara...

Il semble avoir été autrefois couvert de lacs et de prairies.

Les scientifiques supputent que Kemet serait passée à un régime sec il y a environ 7 000 à 5 000 ans... 

Périodes de sécheresse...

Changements climatiques...

Crues bienfaitrices...

...

 

Y avait-il de véritables connexions entre les périodes de sécheresses et :

- L'ascension de cette grande civilisation ?

- Le déclin de certaines périodes de l’ancienne Kemet comme cela fut pour l’Ancien Empire,... ?

- ...

 

Ainsi, des chercheurs ont tenté d’établir :

- Les périodes de sécheresse,

- Les changements climatiques,

- Les crues salvatrices,

- …

 

Une approche indirecte, l’analyse des dents de momies...

Professeur de géochimie à l’Université Claude Bernard Lyon 1, Laboratoire de Géologie de Lyon : Terre, Planètes et Environnement

http://webpeps.univ-lyon1.fr

 

  07-007.jpg

    Abrasion maxillaire.
Crâne MH 3905

© T.M.

Source / Lien

 

Des chercheurs (Christophe Lecuyer, Alexandra Touzeau,…) étudièrent des momies ainsi que leurs dentitions et ceci sur une période de plusieurs millénaires, traversant ainsi diverses dynasties. Une analyse aurait donc permis de glaner des informations sur les périodes de sécheresse ayant frappé Kemet.

 

Scientifiquement parlant, l'émail des dents ne ment jamais !

De plus, cela fut sur des dents très bien conservées.  

Elles auraient, entre autres choses, donner des informations quant à l’abondance, ou pas d’ailleurs, des eaux du Nil.

 

Et quand il est question de répercutions sur le mode de vie de nos anciens, Christophe Lecuyer mentionne dès lors des termes comme :

- Des tendances,

- Des périodes,...

Ainsi, parle-t-il d'instant ou le Nil aurait été insuffisant dans son débit comme dans son volume, provoquant littéralement la famine.

 

Les chercheurs ont donc percé de petites quantités d'émail et recherché certains isotopes comme :

- L'oxygène (atomes d’oxygène avec un nombre différent de neutrons),

- Et le strontium...

Ces deux analytes permettraient visiblement d’estimer le régime alimentaire des défunts à travers les variations du rapport de ces deux isotopes. 

Les changements indiquèrent ainsi l'évolution du régime des précipitations dans la région : et ces isotopes seraient à même d'indiquer ce que nos anciens égyptiens mangeaient.

 

Rappelons-nous…

Ceux qui avaient cette opportunité de se faire momifier furent les castes de nanties : cela représente en soit une drastique sélection quant au régime alimentaire. Mais, il faut aussi reconnaître, qu’il est bien difficile de faire autrement. Le niveau de conservation quant à la momification est optimal dans ce contexte historique...

 

Ainsi, grâce aux régimes alimentaires supposés, Christophe Lecuyer serait alors parvenu à en déduire certains moments de grandes disettes

Comme cette période qui précéda la chute de l'Égypte au cours de ce sixième siècle avant notre ère. Elle correspondait notamment à la conquête d’Alexandre le Grand.

 

Un impact négatif mineur sur la civilisation…

Cette analyse poussée démontrerait que la Vallée du Nil aurait subit en plus une aridité grandissante de 5 500 à 1 500 avant notre ère. Une échelle de temps d’importance quand même puisqu’il s’agit là de 4 000 ans.

 

→ Cela engloba des périodes de pics d’intenses sécheresses, l’une des plus mémorables, perdura au moins de 7 années.

 

→ Il détermina de plus des moments de grandes floraisons…  

 

La civilisation pharaonique, dans son ensemble, n’aurait pas souffert tant que cela des conditions climatologiques. C’est pratiquement ainsi que concluait ce géochimiste et ceci malgré cette aridité grandissante.

 

"La tendance générale de la sécheresse

 n'a eu aucun impact négatif sur la civilisation égyptienne

 en termes de production de céréales

 ou

de la population"

Lecuyer

 

A cet effet, le géochimiste souligne que les sécheresses générales n'ont eu qu'un impact négatif mineur sur la civilisation mais également sur la production de l'époque à savoir :

Les céréales,

Les lentilles,

Les oignons,

Les concombres,

Les melons,

Dattes,

Figues,

Moutons,

Chevaux,

Bœufs,

Cochons,

Ânes,

 

Voici une antithèse à la conclusion de cette étude dentaire...

 

Quelques questions cependant :

 

→ Est-ce le résultat d’un fleuve toujours existant malgré un débit et un volume moindre ?

Moins d’eau…

Moins d’apports limoneux…  

 

→ Était-ce le fait que les clergés engrangeaient et donc anticipaient suffisamment de réserves de céréales ?  

 

→ Les chercheurs englobèrent-ils dans leurs réflexions uniquement la production agricole ?

 

Certains égyptologues subodorent le fait que l’une des hypothèses probables expliquant la fin de l’ancien Empire fut un désordre climatologique c'est à dire la famine.

 

Nous devons considérés bien d'autres facteurs.

Un règne bien trop long de Pépy II...

Une délégation des pouvoirs exacerbés sous le règne de ce même pharaon...

… 

 

Difficile alors d’imaginer qu’il n’y eu aucun impact quand à cette culture.

→ Ne serait-ce qu'au niveau de la stabilité des populations,

→ Des éventuelles migrations de populations,

→ Des mouvements de protestations comme lors des grèves de Deir el-Medineh sous le règne de Ramsès III,

→ …  

 

D’autant plus...

Aux yeux du peuple, pharaon était responsable de la qualité de la montée des eaux.

Comment alors garder un pouvoir central fort, quand pharaon ne fut plus apte à générer la bienveillance des netjerou vis-à-vis du Nil ?

 

Nous allons maintenant dans cette nécropole de Qubbet el-Hawa !

 

Elle se situe dans la région d'Assouan…

 

Les hypogées ont été creusés dans la roche même : au niveau de certaines fissures, anfractuosités, imperfections.

 

On peut y apercevoir :

- Des mortiers de chaux,

- Et du sable mélangé avec du plâtre.

- En certains endroits, il demeure même du stuc de décoration...

 

L'entrée de la majorité de ces hypogés est constituée d'une grande salle principale dont le plafond est soutenu par des piliers.


Qubber el-Hawa

 

Une nécropole qui correspondrait à la dernière demeure de très hauts fonctionnaires...

 

Cela devait être un poste frontière délimitant :

- Kemet,

- Et le pays de Kouch (Nubie).  

 

Les sépultures les plus anciennes découvertes, remonteraient à la 6e dynastie i.e. environ 2 350 avant J-C... Et, elles se situeraient aux environ du règne de Pépi. Jusqu'à ce jour, les égyptologues y auraient identifiés plus d'une centaine de tombes.

 

Et grâce : 

- A ces hypogées, 

- Mais également aux anthropologues de l'Université de Grenade, au Conseil suprême des antiquités de la République arabe d'Égypte (C.S.A), et les scientifiques de l'UGR i.e. le laboratoire d'anthropologie physique, nous connaissons maints détails sur la vie des hauts fonctionnaires.

 

"… bien que le niveau culturel de l'âge a été extraordinaire,

l'analyse anthropologique des restes humains révèle que la population en général

et

 les gouverneurs

- la plus haute classe sociale – 

vivaient dans des conditions dans lesquelles 

leur état de santé 

était très précaire, 

à la limite de la survie"

Le professeur Botella.

 

Ne serait-ce pas là une demi-révolution dans les croyances populaires actuelles... ?

 

Des analyses anthropologiques sur plus de 200 squelettes et momies… 

 

Dans cet hypogée du gouverneur Herjuf...

 

Un grand nombre appartenait à de jeunes adultes entre 17 et 25 ans et seraient datées du :

- Nouvel Empire,

- De la Troisième Période Intermédiaire,

- Et de la fin de la période dynastique…

 

http://secretariageneral.ugr.es/pages/gabcom2012/botella2/%21/

Les différents types humains trouvés dans les fouilles.

Le crâne de gauche appartiendrait certainement à un individu de caractéristiques moyennes, "presque méditerranéen (blanc)"...

Le crâne de droite proviendrait d'un individu négroïde robuste, un Nubien...

(Environ 1 750 avant notre ère).

 Source

© U.G.R / University of Granada

 

Ils devaient visiblement souffrir...


Voici donc ce que cette étude aurait permis de déterminer quant aux gouverneurs d'Assouan.

A cet effet, rappelez-vous...

Ils furent bien membres des castes de nantis.

 

Malgré leur richesse apparente, liée pensons-nous, à la fois à leur statut de dirigeant mais surtout à la qualité de leur hypogée, ils souffraient visiblement :

 

- De la faim,

 

- Voir même de malnutrition !

 

- Sans oublier une gamme importante de maladies infectieuses.

 

- De plus, ils auraient été touchés par un taux de mortalité infantile vraiment très, très élevé.

 

- …

 

Ceci pourrait-il finalement s'expliquer par :

- La dureté de leur vie...

- Leur environnement...

- Leur nutrition,

- Ou la malnutrition d'ailleurs,

- Les maladies,

- La très haute pression fiscale...

- Allait-il jusqu’à se priver de l’essentiel, durant leur vie terrestre, afin d’avoir les moyens de préparer cette éternelle et paradisiaque deuxième existence ?

- ...

 

On peut ainsi comprendre qu'ils avaient imaginé une seconde vie.

Pratiquement paradisiaque et éternelle celle-ci...

Même pour ceux que nous avons bien tendance à classer comme des nantis en comparaison bien évidemment à cette majorité qui composait le peuple.

 

Adoucir l'existence future...

Surtout quand on imagine ce qu'il devait endurer dans cette réalité quotidienne.

 

L'espérance de vie devait atteindre à peine 30 ans !

 

"… de grande importance historique,

 

non seulement pour l'Egypte,

 

mais

pour l'ensemble de l'humanité"

Miguel Botella.

 Au sujet des tombeaux de cette nécropole et de ses inscriptions…

Selon les anthropologues de l'UGR...

 

Espérance de vie qui, nous le savons bien, dépend pour beaucoup de l'alimentation.

 

Nos anciens auraient visiblement souffert :

 

- De nombreux problèmes de malnutrition...

 

- De graves troubles gastro-intestinaux.

 

N'oublions pas que si :

- L'iteru (trans. = jtrw),

- La grande rivière,

- Le Nil en somme, fut bien salvateur, en apportant la vie animale comme végétale, elle permettait également aux anciens de boire.

 

Boire de l'eau probablement polluée, microbiologiquement. Aujourd'hui la pollution est d'un autre ordre.

 

Ainsi, les os des enfants semblent n'avoir pas montré de traces de "marques".

Signifiant, avec une probabilité particulièrement élevée, qu'ils seraient décédés en raison d'une maladie infectieuse grave, de malnutrition, de...

 

  Clé de VIE

 

Alors, à suivre...

J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire mes textes que j'en ai eu à vous les écrire ! 

 

Désinences... prochainement sur le même sujet... La famine...      

 

- La fameuse stèle de la famine,

- ...

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

Sources... 

 

Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne, Fayard, Paris, Novembre 1988 et 1997, LGF, Livre de Poche, Janvier 1994. 

 

Contact :
Miguel Botella López.
Laboratoire d’Anthropologie Physique de l’UGR

 

Sitographie...

 

Wikipedia

 

• Taggé avec : 

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties...

 

Clé de VIE

 

Aphorisme...

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...

 

  "Ce qui est passé a fini,

 

ce que tu espères est absent,

 

mais le présent est à toi."

Proverbe arabe

 

Fichier en PDF...

 

La famine et l'évolution du climat (1), en Égypte ancienn La famine et l'évolution du climat (1) en Égypte ancienne !

 

aimé

 

vie, force et santé.

 

La famine et l'évolution du climat (1), en Égypte ancienne !
La famine et l'évolution du climat (1), en Égypte ancienne !
La famine et l'évolution du climat (1), en Égypte ancienne !
La famine et l'évolution du climat (1), en Égypte ancienne !
La famine et l'évolution du climat (1), en Égypte ancienne !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :