Le site d'Aimé Jean-Claude

Saluer Hâpy, la crue du Nil revient ! (5)... en Égypte ancienne !

ankh hiero

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com  

 

 

Les causes réelles de la crue du Nil ?

Ce fut en cette fin de 19e siècle après notre ère, que l’on connu précisément l'origine de la crue...

 

Ce ne fut point les sources mêmes du fleuve ! Pas le Nil blanc car les flots furent tamponnés par les lacs Victoria et Albert. Et même son unique affluent, le Bahr el-Ghazal rencontre le lac No…

Ainsi :

→ L’apogée de la Sobat se situait autour d’Octobre à Novembre, mais devait commencer en Mai…

 

→ Khartoum et son Nil bleu participait bien efficacement, certainement pour l’essentiel d’ailleurs quant au Nil, sur une période allant de Juillet à Octobre !

 

→ L'Atbara semble quant à lui se mettre en crue autour de Juin jusqu’au mois d’Août !

 

Vint ensuite le fameux désert…

Et le Nil traverse cet espace sur une longueur avoisinant les 2 700 km !

 

Vous l’aurez bien compris, l’importance de cette fantastique crue dépendait bien évidemment des précipitations qui tombaient au niveau des montagnes d'Éthiopie !

Celles là même, qui alimentaient le Nil bleu...

 

Précipitations qui débutaient des tropiques vers la fin mai…

 

Déferlement en Égypte aux alentours de la fin du mois de Juin, voir même début Juillet !

Augmentait en Août…

Afin de culminer en Septembre !

 

La décroissance se produisait aux premiers jours de l'automne.

 

Ainsi, ils avaient :

- Akhet correspondant à l'inondation, de juin à octobre…

- Peret, la saison importante également, des semailles, de novembre à février…

- Chemou celle non moins vitale de la récolte, de mars à juin…

 

Ainsi, en allait-il, en terre de pharaon !

 

Le Nil, situation géographique

Source : H20.net

 

  http://jfbradu.free.fr/egypte/LE%20NIL/UN%20DIEU/dieu-nil.jpg

Extrait du "Livre pour sortir au jour" d'Ani...

British Museum de Londres.

 

A gauche → le netjer Hâpy...
Il devait symboliser la crue du Nil !

Il semble tenir dans une de ses mains les côtes d'une feuille de palmier : signifiant "année", symbole s'il en est de l'inondation annuelle.

 

A droite → le netjer de la fécondité !

Il étendait ses mains apparemment bien au-dessus de deux lacs...

 

http://www.passion-egyptienne.fr/images/Ramses%20III%20offrandes%20Nil.jpg 

Une autre représentation du netjer du Nil...

Les netjerout...

Source

 

  Le nétèr Hapyréalisant quelques offrandes !

 

Voici donc des divinités qui représentaient Héliopolis ainsi que Memphis...

Elles portaient des offrandes !

 

Provenance : hypogée KV11, "La Tombe des harpistes"...

Ramsès III...

Hypogée étudié la toute première fois par le voyageur écossais James Bruce en 1768. Ce fut lui qui baptisa cet endroit la "tombe des harpistes" !

Cette logique fut tirée du fait qu'il y découvrit un formidable bas-relief qui représentait deux harpistes aveugles !

 

Préambule...

Un petit rappel de ce que nous avons déjà traité sur ce sujet...

Si cela vous est nécessaire ! 

 

Pour en savoir davantage sur ce netjer du Nil que fut Hâpy, je vous convie donc à suivre les liens (en jaune) : ceux-ci correspondent à des articles édités précédemment !

 

Qu'avons nous donc découvert, sur ce sujet, dans les précédents articles ? 

 

→ Article n°1 :  "Je suis le maître de l'eau"...  

 

→ Article n°2 :  Hâpy abreuve Égypte...


→ Article n°3 :  la crue...

 

→ Article n°4 :   la prospérité invoquée par pharaon... 

 

Papyrus / "Hap-Reset"Le-neter-Hapy-sous-sa-forme-duale--le-Nil-du-nord-a-dro.jpg"Hap-Meht" / Lis

Le netjer Hâpy sous sa forme duale.

Le Nil du nord à droite... "Hap-Meht".  

Le Nil du sud à gauche... "Hap-Reset".

© Extrait de l'ouvrage de Wallis Budge.

Gods of the Égyptians. 

 

A ne pas confondre avec les netjerou :

- Apis,

- Api,

- Hâpi,...

 

Itérou, le fleuve, un cour d’eau inaltérable…

"Neilos", de par les grecs…

"Le Nil"... 

"nwy", "l'eau"...


iterou.jpg

 

 

Le Grand Fleuve.

Iterou-aâ (itrw-aA).

Le Nil. 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2d/Egypt.Nekhbet.01.jpg

Temple Kom Ombo.

© Hajor. 

 

La fameuse crue du Nil ne procurait pas toujours un eldorado parfait !

 

Ainsi pharaon se lamentait !

 

D’'après la stèle de la famine à Sehel :

 

"Mon cœur était dans une très grande peine, car le Nil n'était pas venu à temps pendant une durée de sept ans.

 

Le grain était peu abondant,

 les graines étaient desséchées,

tout ce qu'on avait à manger était en maigre quantité  

[...].

 

On en venait à ne plus pouvoir marcher.

 

 Les temples étaient fermés,

les sanctuaires étaient sous la poussière.

 

[...]  

Tout ce qui existe était dans l'affliction."

 

 

Pour palier à cet eldorado, bien aléatoire...

Afin d'avoir finalement une lecture quant à l'avenir...

 

Apparurent les premiers pluviomètres ! Ceci bien certainement afin d’anticiper... 

Les nilomètres…

Ces puits en escalier !

Riverains du Nil…

Ils étaient composés de marques… Celles-ci servaient à mesurer le niveau de la montée des eaux de la fameuse crue du fleuve !

 

Plus le niveau d’eau atteint fut élevé et davantage de limon était déposé, et plus les récoltes furent abondantes !

L’empire prospérait alors…

 

Mais, l'amplitude de la crue fut des plus variables !

 

Ainsi certaines années elle fut tellement violente qu’elle se montrait des plus dévastatrices !

Sols arrachés…

 

D'autres années, elle était bien trop faible et de fait ne fertilisait pas suffisamment les champs !

 

Selon certains écrits…

Selon la Bible même…

Il semblait demeurer des sortes de cycles d’alternances !

7années mauvaises, de vaches maigres…

7 de bonnes années, de vaches grasses...

 

Stèle de Séthi I...

 

19e dynastie 

(av.JC)


Ramsès Ier  (1292 - 1290)
Séthi Ier  (1 290 - 1 279/78 )
Ramsès II  (1279 - 1213 )
Merenptah  (1213 - 1203)
Amenmes  (1203 - 1200/1199)

Séthi II  (1199-1194/93)
Siptah et Taousert  (1194/93-1186/85)

 

Stèle trouvée près de la première cataracte...

Gravée en l'an 9 de son règne...

 

Séthi I fut visiblement adulé du fait notamment de ses extraordinaires qualités de bon gestionnaire des stocks... :

 

"C'est lui qui emplit les magasins,

élargit les greniers,

donne des biens à celui qui en est dépourvu

[…].

 

C'est lui qui cultive l'épeautre,

l'Aimé du blé et le Seigneur du pain

[…] :

 le pays entier est dans l'allégresse à cause des nourritures qu'il prodigue."

 

Étant donné la crue et ses caprices...

On comprend bien mieux la nécessité d'une organisation à l'échelle de l'État !

Rentabiliser au mieux les terres cultivables...

Répartir judicieusement les provisions de blé...

Éviter les famines...

Éviter le chaos...
Éviter les aléas de la Première Période Intermédiaire notamment...

...

 

Le nilomètre, devenu un instrument de prévision indispensable !

 

 

Tout au long du mois de juillet…

 

La prêtrise scrutait l’Itérou et plus spécifiquement le nilomètre !

 

Ce fut effectivement le cas de moult temples…

Le temple de Khnoum…

Le temple de Satis…

De là, les prêtres annonçaient la crue !

 

Une crue normale…

H = 9 m à Assouan…

H = 2 m au niveau du Delta. Certaines documentations semblaient mentionner une hauteur souhaitée, idéalisée en quelque sorte et correspondant à seize coudées !

Soit 8 m environ !

Ainsi, on pouvait probablement penser qu’à l’apparition de la crue, Hâpy la personnifiait ! De fait, il devait être avec seize enfants d’une coudée chacun !

Ainsi, au cour de la fête orgiaque qui fut célébrée au début de l'inondation, Hathor était qualifiée de "femme de seize (coudées)"...

 

Très tôt les hommes par leurs observations avisées quant à leur environnement utilisèrent au mieux ce que la nature pouvait leur procurer !

Ainsi, les scribes devaient bien certainement estimer la quantité probable des récoltes futures par la connaissance qu’ils avaient sur l’intensité relevée au niveau de ce nilomètre gradué !

 

De ce fait, probablement aux alentours des années 3 000 avant notre ère, nos anciens Égyptiens érigèrent des digues dans l’objectif de protéger leurs villages vis-à-vis de cette fameuse inondation !

Mais pas seulement pour cela…

 

Déjà, réalisèrent-ils des rétentions d’eaux !

 

Qui permirent d’élaborer un vaste réseau d'irrigation…

Vous l’aurez certainement compris, cela devait être un travail des plus pharaoniques, c’est le cas de le dire !

Creusement…

Entretien des canaux…

Drainages des zones marécageuses afin qu’ils deviennent bien cultivables : se rappeler du Fayoum par exemple !

Surveillance…

Logistique qui devait y être associée… Une économie complète reliée au Nil et à sa gestion !

 

Saluer Hâpy...

 

La crue du Nil revient !

 

L'adulation vouée à Hâpy s'était, me semble-t-il, développée à partir de Biggeh !

 

Biggeh, c'est une île, située sur le Nil, au niveau de la première cataracte !

Elle fut réputée abriter une tombe d'Osiris...

De là, le culte voué à Hâpy s'était développé tout au long du Nil, passant de Haute en Basse-Égypte.

 

L'étendue croissante de cette adoration engendra au passage un lien entre les deux Pays ! Cela dit, aucun sanctuaire particulier ne fut dédié à ce netjer de l'inondation. Son adulation se pratiqua dans l'ensemble des temples riverains de l'Itérou.

 

Des temples que l'on prit le soin d'équiper de nilomètres !

 

Ce furent :

- Des puits gradués,

- Creusés dans la berge,

- Permettant de mesurer la montée progressive des eaux et d'anticiper l'ampleur du phénomène.

 

Voici quelques exemplaires visibles de nos jours :

 

http://s2.e-monsite.com/2010/05/13/01/resize_550_550//www_reuters_com1.jpg

A Louxor...

 Source

 

Le rôle du nilomètre...
Pas de mécanisme afin d'enregistrer les variations du débit du Nil !

 

Mais bien une manière directe d'interpétation ! A savoir la mise en contact de l'eau avec un point de repère...

 

L'architecture du nilomètre, avait, et ceci dans ses grandes lignes, suivi l'évolution de l'urbanisme ! 


kalabsha%20%28151%29.JPG

Escalier conduisant au nilomètre.

kalabsha...

 Source

 

 

kalabsha%20%28152%29.JPG

Le nilomètre.

kalabsha...

 Source

 

http://lh6.ggpht.com/-6b1o_mtHz8g/ShgbsL0tqyI/AAAAAAAACMg/4SzAlHp7lk4/s640/temple%20de%20Kom%20Ombo%2010.jpg

© Hubert Douilly

Temple de Kom Ombo.

Source

 

http://www.carnets-et-voyages.fr/egypte/louxor/louxor-medinet-abou/medinet-habou-nilometre.jpg 

Médinet Abou, le temple de Ramsès III...

 Source 

 

Le nilomètre de Syène sur l’île d’Éléphantine (Haute-Égypte) et les crues du Nil. En 25 ou 24 av. J.-C., le géographe grec Strabon voyagea le long du Nil en Égypte, accompagnant le préfet romain Ælius Gallus. « Le nilomètre est un puits construit en pierres bien équarries dans lequel sont faites des marques indiquant les crues du Nil, car l’eau dans le puits monte et s’abaisse avec celle du fleuve. [...] » (Strabon, Voyage en Égypte, XVII, 1. à propos du nilomètre de Syène).

© Christos Nüssli, Euratlas

Source

 

Le nilomètre de Syène sur l’île d’Éléphantine : Haute-Égypte.

En 25 ou 24 av. J.-C., le géographe grec Strabon voyagea le long du Nil en Égypte, accompagnant le préfet romain Ælius Gallus.

 

"Le nilomètre est un puits construit en pierres bien équarries dans lequel sont faites des marques indiquant les crues du Nil, car l’eau dans le puits monte et s’abaisse avec celle du fleuve. [...]"

(Strabon, Voyage en Égypte, XVII, 1. à propos du nilomètre de Syène). 

 

...

 

Ils furent le théâtre de grandes manifestations de salut à l'inondation ! 

 

A l'arrivée de celle -ci, les Égyptiens rassemblés sur le bord du Nil jetaient à Hâpy des offrandes en grandes quantités !

Aliments...

Céréales...

Amulettes...

Petites poupées tressées...

...

 

C'était là une manière de s'attirer la bienveillance du netjer pour l'inondation salutaire et, non pas destructrice... 

 

 

Memnon-05.jpg

Les netjerou du Nil nouaient le nœud sematawi...

Symbole d’unification de la Haute et de la Basse-Égypte !

Source

 

Mais voilà !

 

Malheureusement...

Elles sont bien disparues, les crues du Nil ! Et, peut être avec elles, l'esprit de Hâpy ?

Le barrage gigantesque d'Assouan, en est la cause...

Ceci afin de produire de l'électricité !


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2e/BarragemAssu%C3%A3o.jpg

Vue aérienne ! 

 

Les terres se sont appauvries...

Et paradoxalement, elles se sont fort bien enrichies !

Dotées en produits chimiques afin de compenser le manque d'alluvions !

 

De plus, il faut compter maintenant sur la montée des eaux salées de la Méditerranée !

...

 

Les rivages attaqués...

Des plages ont disparu...

...

 

Appauvrissement encore un peu plus de cette population égyptienne la plus pauvre...

 

"Dans La Mort de Philae", Pierre Loti exprimait son désespoir :

 

"Aujourd'hui, à cause du barrage établi par les Anglais, l'eau a monté, monté, ainsi qu'une marée qui ne redescendait plus ;

ce lac, presque une petite mer,

remplace les
méandres du fleuve et achève d'engloutir les îlots sacrés.

 

Le sanctuaire d'Isis

– qui trônait là depuis des millénaires au sommet d'une colline chargée de temples, de colonnades et de statues –

émerge encore à demi, seul et bientôt noyé lui-même." 

 

Alors, à suivre...

J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire mes textes que j'en ai eu à vous les écrire !

 

index.jpg

  Source

 

Les Égyptiens invoquaient fréquemment Hâpy :

 

"Salut à toi, ô Nil, issu de la terre, venu pour faire vivre le pays,

 

toi qui inondes les champs que a créé pour faire vivre tous les animaux,

 

toi qui produis l'orge et fais pousser le blé afin que les temples soient en fête.

 

Si le Nil est paresseux, les nez s'asphyxient, tout le monde s'appauvrit.

 

S'il se soulève, le pays est dans l'exultation et chacun est en joie"  

 

Clé de VIE

 

Désinences... Prochainement sur le même sujet... Hâpy...   

   

- Hâpy que l'on craignait, Hâpy que l'on priait,

-... 

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

       • Sources...

 

L'hymne au Nil, traduction de Bernard Mathieu : 1990, 137-41. 

 

Collection "Passion de l'Égypte" Editions Atlas 2003

 

Ch. Desroches Noblecourt "Le fabuleucx héritage de l'Egypte", Pocket, 2004 

 

Symbole de l'Egypte, Poche, 2004 p75...

 

 

      Sitographie...

 

Wikipedia  

 

      •Taggé avec :

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties...

 

Netjerou en Égypte antique 

 

Clé de VIE

 

 

Aphorismes...   

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...   

 

 

"La vie est un mystère qu'il faut vivre,

et

non un problème à résoudre"

Albert Einstein

 

 

"La vraie science, c’est de s’émerveiller de ne rien savoir

et

d’écouter toujours le
tressaillement de la vie,

de s’en nourrir"
Franck Andriat

 

Fichier en PDF...

 

Saluer Hâpy, la crue du Nil revient ! (5)... en Égypte anSaluer Hâpy, la crue du Nil revient ! (5)... en Égypte ancienne !  

 

aimé

 

ânkh oudja seneb

vsf001


n(=w), w(=w), snb(=w) 

 

"Qu'il soit vivant,

intact

et

en bonne santé !"

 

La traduction littérale en français est quelque peu fausse, nonobstant, les voici :

 

vie, santé, force (v.s.f.).

                                                                            

 vie, force et santé. 

Saluer Hâpy, la crue du Nil revient ! (5)... en Égypte ancienne !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :