Le site d'Aimé Jean-Claude

Hâpy que l'on craignait, Hâpy que l'on priait, (6)... en Égypte ancienne !

ankh hiero

 

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com   

 

 

Afin de s'attirer les bonnes grâces du netjer fleuve, les anciens Égyptiens lui donnaient de grandes quantités d'offrandes !

Sur le mur des temples...

On peut le voir représenté devant des tables d'offrandes...

Ces tables étaient couvertes de produits provenant des différents nomes d'Égypte...

 

Dans ces représentations, il porte sur la tête le symbole de la région correspondante. 

 

hapy-web-copie-1.jpg

Temple de Philae...

Source

 

 

Préambule...

Un petit rappel de ce que nous avons déjà traité sur ce sujet...

Si cela vous est nécessaire ! 

 

Pour en savoir davantage sur ce netjer du Nil que fut Hâpy, je vous convie donc à suivre les liens (en jaune) : ceux-ci correspondent à des articles édités précédemment !

 

 

Qu'avons-nous donc découvert, à ce sujet, dans les articles précédents ?  

 

Tout un programme...

Que nous venons simplement d'effleurer ici...

 

 

→ Article n°1 : "Je suis le maître de l'eau"...  

 

→ Article n°2 : Hâpy abreuve Égypte...


→ Article n°3 : la crue...

 

→ Article n°4 : la prospérité invoquée par pharaon... 

 

→ Article n°5 : saluer Hâpy, la crue du Nil revient...


Papyrus / "Hap-Reset"Le-neter-Hapy-sous-sa-forme-duale--le-Nil-du-nord-a-dro.jpg"Hap-Meht" / Lis

Le nétèr Hâpy sous sa forme duale.

Le Nil du nord à droite... "Hap-Meht".  

Le Nil du sud à gauche... "Hap-Reset".

© Extrait de l'ouvrage de Wallis Budge.

Gods of the Égyptians. 

 

A ne pas confondre avec les netjerou :

- Apis,

- Api,

- Hâpi,...

 

Itérou, le fleuve, un cours d’eau inaltérable…

"Neilos", de par les grecs…

"Le Nil"... 

"nwy", "l'eau"...

 

Plan de l'article...     

 

→ Pierre Loti nous exprimait son désespoir quant au Nil...

 

 

→ Vous le savez bien, Hâpy fut la personnification du Nil en crue ! 

 

 

→ Hâpy que l'on craignait, Hâpy que l'on priait...

 

→ Hâpy et quelques unes de ses représentations...

 
iterou.jpg

 

  Le Grand Fleuve.

Iterou-aâ (itrw-aA).

Le Nil.

 

 

Pierre Loti nous exprimait son désespoir quant au Nil...


Souvenez-vous des nilomètres...

Ils furent rattachés à un temple...

Au bord du Nil bien entendu !

 

Rappelez-vous, les nilomètres furent formés :

- D’une descenderie…

- D’un escalier…

Ainsi le niveau de l’eau soit du Nil soit d’une nappe phréatique devait atteindre une sorte d’échelle graduée en coudées !  


Ainsi, le volume des eaux…

L'importance de la crue…

Les nilomètre permirent de connaître et de déduire notamment la fiscalité agricole ! Le nilomètre était donc devenu un instrument de prévision indispensable, quand le Nil connaissait les crues... !

 

Ainsi, Sésostris Ier, au niveau Chapelle blanche de Karnak, nous apprends qu’au niveau de son règne, l'enregistrement officiel comportait au moins trois régions :

- Éléphantine,

- Région Memphite,

- Et le Delta central.

 

Nonobstant, "Dans La Mort de Philae", Pierre Loti exprimait un certain désespoir :


"Aujourd'hui, à cause du barrage établi par les Anglais,

l'eau a monté,

monté,

ainsi qu'une marée qui ne redescendait plus ;

 

ce lac, presque une petite mer, remplace les
méandres du fleuve et achève d'engloutir les îlots sacrés.

 

Le sanctuaire d'Isis

– qui trônait là depuis des millénaires au sommet d'une colline chargée de temples, de colonnades et de statues –

émerge encore à demi, seul et bientôt noyé lui-même." 

 

Vous le savez bien, Hâpy fut la personnification du Nil en crue ! 

 

Aussi pourrait-on dire que tout en lui rappelait l’abondante générosité dont ce fleuve faisait preuve à l’égard de Kemet l’ancienne…

Les représentations de ce génie androgyne, à la poitrine pendante ainsi qu'au ventre ballonné, porteurs d’offrandes et d’eaux jaillissantes nous livrent vraiment une bien touchante image !


Androgyne mais bien masculin !

Sa poitrine lourde et tombante lui conférait tout à la fois cet aspect féminin et bien sûr nourricier !

  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e2/Hapi.jpg

Ḥˁpj

Source : Egyptian Mythology and Egyptian Christianity, by Samuel Sharpe (1863)... 

 

Un parmi les nombreux netjer du panthéon, Hâpy fut tout d’abord une personnification, celle du Nil en crue ! Il fut pour les Égyptiens le principal destinataire des prières que chacun devait certainement adresser dans l’espoir d’une inondation généreuse bienfaitrice.

 

Les plus anciennes représentations de ce netjer remonteraient à la 5e dynastie, au niveau des bas reliefs du temple funéraire de Sahouré !


Temple de Sahourê.

Netjer de la fécondité...

 

De plus, il existe maints petits bronzes de la Basse Époque, nous le montrant à genoux, tenant à bout de bras une table d’offrandes sur laquelle furent placés quelques "dons du Nil.

 

Vous n’avez certainement pas omis de remarquer les papyrus ornant la tête d’Happy ! Ils émergent bien souvent en zigzag, certainement afin d’évoquer l’Itérou, le Nil…

Ils rappellent de cette manière la fertilité des terres inondées par ce prodigieux fleuve salvateur !

 

Egypte picture17

  Abou Simbel.

Le temple de Ramses II.

© Guillaume Blanchard.


 

Bien d’autres représentations, le mettaient doublement en scène :

- Un Hâpy afin de symboliser la Haute vallée du Nil,

- Un autre pour la Basse vallée !

Tous les deux s’activaient à lier entre elles les plantes caractéristiques des deux régions afin d’en symboliser l’union au sein de la double couronne de Haute et de Basse-Égypte…

Une dualité qui semblait bien apparaître avec la 19e dynastie comme en témoigne certains monuments de Ramsès II.

On raccrochera à cette iconographie le bas relief du temple d’Hathor à Dendérah ou les deux Hâpy sont figurés liant les plantes nilotiques au pied d’Ihy, cet enfant royal coiffé de la double couronne de Haute et Basse-Égypte.

Ce lien que tressent les deux Hâpy constituait un signe hiéroglyphique que les Égyptiens appelait sema, c'est-à-dire "l’union".

 

Enfin, et très exceptionnellement, Hâpy pouvait être figuré avec une double tête de canard ! Ce fut le cas dans le temple de Séti II, 19e dynastie, à Abydos !

 

Hâpy que l'on craignait, Hâpy que l'on priait...

 

Car en dépit de son aspect placide, Hâpy fut un netjer que l'on devait bien craindre !

 

Le Nil en crue, aussi salvateur qu'il puisse avoir été, réputé pour son inconstance, ne fut en effet pas dénué de dangers :

 

"Ils tremblent ceux qui voient Hâpy quand son flot bat les berges.

 

Mais les prés rient, les rives fleurissent, les offrandes des netjerou descendent (du ciel) ;

 

les hommes rendent hommage, le coeur des netjerou s'exalte"

 

Ainsi, s'exprimait les célèbres Textes des Pyramides tels qu'ils figurent inscrits sur les édifices de la 6e dynastie.

 

Bien sûr, Hâpy fut un netjer ardemment attendu par tout le pays.

 

En cette fin d'année qui précédait l'arrivée de l'inondation, (nous sommes en Juillet), les terres sont plus que jamais assoiffées, brûlées par un soleil qui régnait sans partage dans un ciel toujours exempt de nuages.

 

Aussi, lui composait-on des hymnes : les "hymnes au Nil".

 

Hâpy et quelques unes de ses représentations...

 

index.jpg

  Source

 

Les Égyptiens invoquaient fréquemment Hâpy :

 

"Salut à toi, ô Nil, issu de la terre, venu pour faire vivre le pays,

 

toi qui inondes les champs que a créé pour faire vivre tous les animaux,

 

toi qui produis l'orge et fais pousser le blé afin que les temples soient en fête.

 

Si le Nil est paresseux, les nez s'asphyxient, tout le monde s'appauvrit.

 

S'il se soulève, le pays est dans l'exultation et chacun est en joie"  

 

Le-neter-Hapyrealisant-quelques-offrandes--.jpg 

  Le netjer Hâpy semble réaliser quelques offrandes !

Vallée des rois.

  Hypogée de Ramsès III.

 

 

Le-neter-Hapy-portant-une-coupe-de-fruits--fragment-d-un-.jpg

Le nétèr Hapy

portant une coupe de fruits.

Fragment d'un relief de Médinet-Habou.

20e dynastie. 

 

Hâpy tenant la plante du papyrus

Hâpy.

Il tient la plante du papyrus dans la main droite et recevant les offrandes de sa main gauche.

Sur sa tête, une grille symbolise les canaux d'irrigation.  

Temple de Ramsès II. 


  http://jfbradu.free.fr/egypte/LE%20NIL/UN%20DIEU/dieu-nil.jpg

Extrait du "Livre pour sortir au jour" d'Ani...

British Museum de Londres. 

 

Les netjerou du Nil nouaient le nœud sematawi...

Symbole d’unification de la Haute et de la Basse-Égypte !

Source 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/dd/H%C3%A2py_Sema-Taouy_Abou_Simbel.JPG

Deux Hâpy liant le Sema-Taouy !

Sur le côté gauche de l'entrée du grand temple d'Abou Simbel.

 

© Rémih 

 

 

Le Nil en Ouganda

  Le Nil en Ouganda.

Photo du Nil ou Hâpy régnait en maître !

 

 

Alors, à suivre...

Et j'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire mes textes que j'en ai eu à vous les écrire !

 

Clé de VIE 

 

 

Désinences... prochainement sur le même sujet... à savoir Hâpy...   

   

- Les "hymnes au Nil",

- Des larmes pour pleurer,

- Faire avec Hâpy,

- ... 


A fin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

       • Sources...


L'hymne au Nil, traduction de Bernard Mathieu : 1990, 137-41. 

 

Collection "Passion de l'Égypte" Editions Atlas 2003

 

Ch. Desroches Noblecourt "Le fabuleux héritage de l'Egypte", Pocket, 2004 


Symbole de l'Egypte, Poche, 2004 p75...

 

      Sitographie...

 

Wikipedia  

 

      Taggé avec :


Parcours thématiques...

 

Les dynasties... 

 

Netjerou en Égypte antique 

Clé de VIE

 

 

Aphorismes...   

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...   

 

 

"La Vérité doit être sans cesse répétée

 

parce que l'Idée Fausse est aussi constamment répandue et pas par quelques uns, mais au contraire par la multitude.

 

Dans la Presse et les Encyclopédies,

dans les Ecoles et les Universités,

 

partout l'Idée Fausse exerce son emprise, contente et à l’aise de savoir qu'elle a la Majorité de son côté."

Johann Wolfgang von Goethe 

 

 

"Le manque d'amour

est

la plus grande pauvreté"
Mère Theresa

 

 

"C'est l'imagination qui étend pour nous la mesure des possibles,

et

nourrit les désirs par l'espoir de les satisfaire"

Jean-Jacques Rousseau


Fichier en PDF 

 

Hâpy que l'on craignait, Hâpy que l'on priait, (6)... en Hâpy que l'on craignait, Hâpy que l'on priait, (6)... en Égypte ancienne !  


 

 

 

aimé

 

jean-claude

 

 

ânkh oudja seneb

vsf001


n
(=w), w(=w), snb(=w) 


"Qu'il soit vivant, intact et en bonne santé !"


La traduction littérale en français est quelque peu fausse, nonobstant, les voici :

 

vie, santé, force (v.s.f.).

                                                                            

 vie, force et santé. 

Partager cet article

Repost 0