Le site d'Aimé Jean-Claude

La cité égyptienne dans l'antiquité, la pression démographique... (2) !

ankh hiero   

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com  

 

 

Les archéologues...

De nombreux artefacts découverts...

Ils nous ont permis d'apprendre tant de choses sur cette ancienne civilisation que cela en fait certainement l'une des professions qui fait le plus rêver !

 
Et le rêve ne fait-il pas grandir l'Homme ?

Quand le passé aide à la construction du futur...

 

De plus, ils nous font revivre le passé, rendant la vie de nos anciens par la même éternelle !

Ce paradigme dont ils rêvaient tant !

 

Nos anciens ont-ils laissé suffisamment d'informations pour que nous puissions rêver de leurs cités ?

Dès lors, nous constatons une certaine continuité historique...

Une progression quasi linéaire des sciences et des techniques !

 

http://farm5.static.flickr.com/4130/5208539899_2652d99e52.jpg 

Source

 

Akhet-Aton...

Elle représente probablement l'unique cité de la Kemet antique dont nous possédons une ébauche riche, détaillée et qui de plus correspondrait à une réelle tranche de vie !

 

Du fait qu'elle fut :

- Construite sur un sol vierge de tout passé !

- Qu'elle fut désertée peu de temps après la mort de son créateur, Akhénaton.

- Sans jamais avoir été occupée par la suite !

 

Un site unique dans cette grande Histoire pharaonique ! 

 

Nonobstant...

Cette fameuse "Horizon d'Aton", serait-elle pour autant aussi représentative de ce qu'aurait pu être une ville pharaonique ?

De cet urbanisme égyptien... ?

Probablement, s'en rapprochait-elle !

 

Des différences devaient demeurer tant la ville s'était érigée rapidement et dans un contexte politique et théologique bien spécifique !

Talatates...

Pas de toit...

Des murs adaptés à cette absence de toit...

...

 

Image

Détail d'un mur en talatates ! 

 

Préambule...

Un petit rappel de ce que nous avons déjà traité sur ce sujet...

Si cela vous est nécessaire !  

 

Pour en savoir davantage sur cette thématique c'est à dire la cité en Égypte antique, je vous convie donc à suivre les liens (en jaune) : ceux-ci correspondent à des articles édités précédemment !

 

Qu'avons nous donc découvert, à ce sujet, dans l'article précédent ?

 

Tout un programme...

Que nous venons simplement d'effleurer ici...

 

→ Article n°1 : Une géométrie obsédante... 

 

 

        Reconstitution d'Akhet-Aton...
    © Paul Docherty - amarna3d.com

 

La pression démographique...

 

Cet idéal urbanistique est une chose.

L'accroissement de la pression démographique en est bien une autre !

 

Certaines villes...

Parce que trop rigide, s'asphyxièrent entre leurs murs !

 

Et lorsqu'elles ne furent pas abandonnées, elles finissaient bien souvent par se transformer en ensembles anarchiques !

Les constructions se serraient ou s'entassaient...

Empiétaient sur la voirie...

Au point que certaines rues, après s'être changées en ruelles, finissaient par se métamorphoser tout bonnement en impasses !

 

Les bâtiments publics délaissés, furent réinvestis et transformés...

Ce fut bien le cas de Kahoun, fondée par Sésostris II dans la 7e dynastie !

Ville du Fayoum...

Sekhem-Senousret...

"Sésostris est puissant"...

Un demi-siècle après leur construction, ceux-ci devinrent des maisons et entrepôts !   

 

Des rues, mais pas de place...

 

On remarquera l'extrême densité du bâti...

Aucun espace vide !
Parfois quelques exceptions pouvaient être observées ! Mais en vérité cela furent des zones de parcage du bétail !

 

Les rues, étroites, étaient de simples chemins "de ville"... Damées par la circulation !

 

Nonobstant, les villes militaires faisaient exception à la règle !

 

800px-Mirgissa-fort-Pl.9

Maison Ceinte d'un mur ondulé à Mirgissa en Nubie...

"Mirgissa I", de Jean Vercoutter 1970.

Edité par la librairie orientaliste Paul Geuthner.

 

Ainsi certaines rues :

- De Misgissa,

- De Bouhen furent en effet dallées, voir même équipées de caniveaux !

 

Point d'échoppe...

Ni de devantures sur le devant des rues...

Mais de longs murs aveugles ! Tout juste percé de quelques portes...

 

Mais où furent les boutiques ?

 

Certainement pas sur la place publique puisqu'il n'y en avait pas !

Pas de place donc !

Pas de marché ?

 

Et de nous interroger sur la façon que les anciens avaient de se fournir en denrées et  autres victuailles ?

 

Faut-il se rappeler que l'économie pharaonique fonctionnait sur la centralisation des productions autour de la personne royale, qui redistribuait ensuite à son peuple !

 

Il y avait également l'autosuffisance des particuliers !

 

On comprendra mieux ainsi que marchés et boutiques n'avaient guère de raison d'être ; quelques étals ça et là...

Posés aux carrefours, devaient parfaitement pourvoyer au superflu !

 

Une ville de quartiers...

 

Artificiellement...

Spontanément...

La ville égyptienne tendait à se diviser en quartiers ! 

Les exemples ne manquent pas...

 

Ainsi à Kahoun, un mur coupait la ville en deux quartiers parfaitement distincts :

- L'un pour les riches,

- L'autre pour le peuple !

 

Une ségrégation qui faisait à vrai dire exception dans une Kemet relativement égalitaire. Ainsi, dans la "ville nouvelle" de Tell El-Amarna, les maisons des plus humbles se mêlaient bien à celles des plus riches.

 

En réalité...

Les quartiers séparaient bien davantage les activités les unes des autres que les riches et les pauvres !

 

Une certaine logique voudrait par exemple que l'on ne mélangea pas dans un même quartier des structures qui pourraient présenter par leur nature et leur proximité un risque pour la cité tout entière !

Fours de potiers...

Fours de métallurgie...

Ils furent ainsi reportés loin des quartiers de maisons, afin d'éviter tout risque d'incendie !

 

Deir el-Medineh...

 

Sur la rive occidentale de Thèbes...

Voici ce fameux site de Deir El-Medineh qui abritait les vestiges d'une ville datant du Nouvel Empire.

 

Elle fut habitée entre la 18e dynastie et cette fin d'époque ramesside ! Plus précisément, elle fut créée de toutes pièces par le pharaon Thoutmosis I...

 

Ses habitants souvenez-vous, furent des artisans qui travaillaient au chantier des tombes de la Vallée des Rois.

 

http://www.egiptologia.com/images/stories/mujer/cocina/fig.2_maqueta_deir_el_medina.jpg

Modèle de Deir el-Medineh.

Ville de travailleurs dans la nécropole thébaine, 18e dynastie...

Source

 

Aujourd'hui, il n'en reste évidement que les vestiges datant du Nouvel Empire mais ils donnent une très bonne illustration selon moi de l'habitat de cette période !

 

La cité était alors entourée d'une enceinte qui devait englober environ soixante-dix maisons...

Elle fut bâtie selon l'axe nord-sud traversé par des rues perpendiculaires.

La cité abritait des maisons de petites tailles !

De la largeur d'une seule pièce...

Et tout en longueur...

 

Elles étaient construites selon un plan rectangulaire.

Deux pièces principales sur le devant !

Deux autres à l'arrière dont l'une devait servir de cuisine.

Un escalier permettait même d'accéder au toit qui servait, vous l'aurez compris, de terrasse !

Elles sont largement répandues dans les zones climatiques arides !

Faire sécher du linge...

Faire sécher des végétaux...

Dormir la nuit lors des périodes de fortes chaleurs...

...

 

Clé de VIE

 

Alors, à suivre...

J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire mes textes que j'en ai eu à vous les écrire !  

 

 

 

Coupe transversale d'une maison typique du village d'ouvriers                         de Deir el-Medineh.

Les ouvriers qui construisirent les tombes de la Vallée des Rois vivaient dans ce village.
Dessin : Catherine Fitzpatrick.

 

Désinences... prochainement sur le même sujet... 

 

- La brique ce monopole d'État,

- La brique ce monopoloe d'Etat,

- La technique des maçons,

- Des équipements ingénieux,

- La décoration,

- L'évolution de l'habitat,

- Deir el-Medineh,

- Un art de vivre, les jardins !

- ... 

 

A fin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

Sources...

 

©Edition ATLAS

 
Cyril Aldred, François Daumas, Christiane Desroches Noblecourt et Jean Leclant :
L'Égypte du crépuscule : De Tanis à Méroé, 1070 av. J.C.- IVe siècle ap.J.C, Collection : L'univers des formes, Gallimard, Paris, Janvier 1980 et Octobre 2009.
 
E. P. Pusch : "Qantir\Pi-Ramsès". Les Dossiers d'Archéologie n° 213, mai 1996. 
On peut lire le livre de Georges Goyon : "La découverte des trésors de Tanis". Il est très simple à lire et plein de renseignements sur Per-Ramsès. 

 

 

Sitographie...

 

Wikipedia


http://www.lavoutenubienne.org/ 

 

Taggé avec :

 

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties...

 

Les villes dans la Kemet antique

 

 

Clé de VIE

 

Aphorismes...

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...

 

"Le bonheur ne consiste pas à acquérir

et

à jouir,

mais à ne rien désirer.

 

Il consiste à être libre."
Epictète 

 

 

"Ceux qui craignent le plus la mort

 

sont ceux qui n’ont jamais vécu."
Raoul Follereau, Si le Christ demain...

 

 

"Si les extrémistes oppriment au nom du religieux,

 

c’est que religieux pense détenir la vérité suprême"
Caroline Fourest, journaliste

 

 

Fichier en PDF

 

La ville égyptienne dans l'antiquité, la pression démogrLa ville égyptienne dans l'antiquité, la pression démographique... (2) !

 

 

aimé

 

vie, santé, force (v.s.f.).

 

  vie, force et santé.

La cité égyptienne dans l'antiquité, la pression démographique... (2) !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :