Le site d'Aimé Jean-Claude

La cité égyptienne dans l'antiquité, la brique, ce monopole d'État... (3) !

ankh hiero    

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com   

 

http://antique.mrugala.net/Egypte/Images/Egypte%20-%20Ville%20de%20Doukki%20Gel.jpg

La ville antique de Mrugala...

Source

 

Une ville idéale...

Elle fut représentée par un cercle autour d'une croix...

Elle semble être visible dès le 3e millénaire !

Cette représentation hiéroglyphique de la ville est bien idéalisée : le cercle correspondait à la muraille qui était sensée la protéger !

 

→ Elle fut donc représentée au moyen d’un dessin sous la forme d'un cercle !

Cependant, peut de ville avait réellement cette géométrie idéalisée !

Ce cercle avait en son centre une croix ! En vérité elle devait symboliser deux rues se croisant à angle droit !

 

Elles furent :

- Bien étroites,

- Se devaient d'être parallèles,

- Perpendiculaires,

- Faisant deux à trois mètres de largeur...

 

→ L'étroitesse des rues serait probablement fonction de Râ : afin de toujours avoir de l'ombre !

 

→ L'orientation de ses rues devait se faire dans la direction des vents dominants !

 

→ Sans pavés, 


→ Sans trottoir, 


→ ... 

  hiero_O49.png

Hiero : O49 

 

 

Préambule...

Un petit rappel de ce que nous avons déjà traité sur ce sujet...

Si cela vous est nécessaire !  

 

Pour en savoir davantage sur cette thématique c'est à dire la ville en Égypte antique, je vous convie donc à suivre les liens (en jaune) : ceux-ci correspondent à des articles édités précédemment !

 

Qu'avons nous donc découvert, à ce sujet, dans les articles précédents ?

 

Tout un programme...

Que nous venons simplement d'effleurer ici...

 

→ Article n°1 :  une géométrie obsédante... 

 

→ Article n°2 :   la pression démographique...

 

 

        Reconstitution d'Akhet-Aton...
    © Paul Docherty - amarna3d.com. 

 

Kemet l'ancienne fut un jour qualifiée de culture sans cité !

 

A cette époque...

Nous nous trouvions en 1960...

Cela devait bien représenter une provocation ! 


Il se trouve que pour certaines personnes les cités antiques égyptiennes ne pouvaient être que petites !

Certains supputèrent même que, dans l'ensemble des villes d'Égypte, ils ne pouvaient pas y avoir plus de 10 000 habitants...  

Peut-être se basait-il sur ce village des artisans, Deir El-Medineh, qui à la différence d'une cité classique n'était réservée qu'à une caste d'artisans royaux ?


Souvenons-nous !

Lorsque nous parlons d'Akhet-Aton nous faisons allusion à une vraie ville ayant eu pas moins de 50 000 entités ! Chiffre qui fut, je vous le rappelle, le fruit d'une très courte occupation dans le temps ! 

 

Alors que pouvons-nous imaginer quant à cette ville qui fut à plusieurs reprises une capitale religieuse mais également administrative !

Ouaset...

La Thèbes des grecs...

La Louxor d'aujourd'hui... Elle devait certainement, elle aussi, comporter aux alentours de 50 000 êtres !

 

Mais n'oublions pas les merveilleuses citées comme :

- Aneb-Hetchque et sa ville principale (Niwt) : Menefer / Memphis...

- Per-Ramsès qui par son ampleur devait certainement atteindre la cité d'Avaris !

- ...

 

Quand on parle d'urbanisme antique, il n'y a vraiment pas que la taille de la ville qu'il faut considérer !

Mais, également sa conception...

Et là !

La différence est bien notable si la comparaison est réalisée avec celle d'aujourd'hui !

De plus, les villes furent probablement spécialisées ! Ce qui semble compatible avec une administration puissante et centralisée.

 

http://media.paperblog.fr/i/584/5849111/ancienne-ville-delta-nil-devoile-secrets-L-4DjY2Y.jpeg

Voici donc des ruines dont les structures sont en briques de boue...

A Thmuis...

 Source

© Robert Littman et Jay Silverstein. 

 

Les villes construites avec du bon sens !

 

On sait en tout cas que dans la Kemet antique, la vallée du Nil fut couverte de villes : peut être une centaine dans tous le pays !

 

Elles étaient bâties en hauteur...

Sur des tertres...

Ou alors en bordure de cette zone fertile de la vallée...

 

Mais de toute façon elles furent érigées à l'abri des crues dévastatrices ! Une sagesse de plus que nous avons, me semble-t-il, oubliée, se fier à mère nature... !

 

Les maisons étaient donc construites en briques...

 

Des briques de terre séchées sous les rayons de Râ !

 

Ce fut le matériau de prédilection pour l'habitat urbain... En effet, la pierre fut réservée aux belles sépultures et aux temples auxquels elle garantissait la longévité.

Leur fabrication fut facile...

Rapide...

Très bon marché en plus !

 

Les ouvriers...

 

Le limon noir…

Les briques…

 

Il devait être :

- Compact,

- Homogène,

- Et devenait bien dur : analogue à de la vraie pierre lorsque Râ faisait son office…

 

Ainsi, les fellahs l’utilisèrent afin de construire leur habitat… Quant au plus paupérisé cela devait davantage correspondre à un tas de terre bien grossièrement érigé !

Ce fameux limon façonné sous forme de briques devait être de plus parfois mélangé à du sable voir même de la paille plus ou moins hachées !

 

Ainsi, quand il désirait construire une maison, par exemple :

- Un ouvrier piochait,

- Un autre accumulait sous forme de monticule des grosses mottes,

- D’autres encore pétrissaient avec les pieds de façon à rendre le plus homogène possible cette sorte de pâte ! Ils cassèrent d'abord les mottes de terre... Les humidifièrent ensuite afin de les rendre bien malléables !

- L’ouvrier spécialisé devait dès lors couler l’ensemble dans les moules en bois dur appropriés…

Donc, une fois cette préparation devenue suffisamment souple, ils prenaient un moule rectangulaire sans fond et y placèrent la terre !

- Dès lors, un autre transportait la brique à l’endroit choisi pour réaliser le séchage !

Ils déposèrent ensuite sur le sol cette brique moulée qui devait ensuite sécher au soleil...

Une demi...

Voir une journée entière de séchage avant de les entreposer dans un endroit ou la circulation de l’air continuait à les sécher !

Leur utilisation nécessitait une attente d’au moins une à deux semaines…

 

Moule à brique et sa brique et sa brique - XXVIII dynastie

Moule à brique et sa brique...

XXVIII dynastie.

Turin musée de Ezigio.

 

La fabrication de briques de terre nouvelles

On fabrique encore de nos jours, encore, de briques séchées !

 

La fabrication des briques fut bien l'oeuvre de milliers d'ouvriers qui travaillaient sur toute la longueur du Nil.

 

Malgré la facilité avec laquelle on pouvait les produire, la demande fut si importante que la production fut devenue un monopole d'État, et de plus particulièrement rentable ! Le cachet de pharaon ou de ses représentants fut apposé sur les briques et seules les personnes dûment autorisées pouvaient en fabriquer.

http://reflexions.ulg.ac.be/upload/docs/image/png/2013-04/brique_estampillee_khay.png

 Source

 

Des inscriptions auraient été alors découvertes avec la nomenclature de son propriétaire :

 

"Maire de la ville,

vizir de Haute

et

de Basse Egypte,

Khay"

 

Sous ces latitudes où les nuits pouvaient être glaciales et les étés bien brûlants, la brique crue offrait beaucoup davantage ! Ce fut un bon isolant permettant de garder la maison fraîche pendant les grosses chaleurs, mais qui l'isolait aussi du froid l'hiver... 

 

 

 

A suivre...

 

http://www.egiptologia.com/images/stories/mujer/cocina/fig.2_maqueta_deir_el_medina.jpg

Modèle de Deir El-Medineh.

Ville de travailleurs dans la nécropole thébaine, 18e dynastie...

Source

 

 

Coupe transversale d'une maison typique du village d'ouvriers                         de Deir el-Medineh.

Les ouvriers qui construisirent les tombes de la Vallée des Rois vivaient dans ce village.
Dessin : Catherine Fitzpatrick.

 

 

Désinences... Prochainement sur le même sujet... 

 

- La technique des maçons,

- Des équipements ingénieux,

- La décoration,

- L'évolution de l'habitat,

- Deir el-Medineh,

- Un art de vivre, les jardins !

- ... 

 

A fin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

Sources...

 

© Edition ATLAS

 
Cyril Aldred, François Daumas, Christiane Desroches Noblecourt et Jean Leclant :
L'Égypte du crépuscule : De Tanis à Méroé, 1070 av. J.C.- IVe siècle ap.J.C, Collection : L'univers des formes, Gallimard, Paris, Janvier 1980 et Octobre 2009.
 
E. P. Pusch : "Qantir\Pi-Ramsès". Les Dossiers d'Archéologie n° 213, mai 1996. 
On peut lire le livre de Georges Goyon : "La découverte des trésors de Tanis". Il est très simple à lire et plein de renseignements sur Per-Ramsès. 

 

Sitographie...

 

Wikipedia


http://www.lavoutenubienne.org/ 

 

Taggé avec :

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties...

 

Les villes dans la Kemet antique

 

Clé de VIE

 

Aphorismes...

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...

 

"Sachez tirer parti de la période présente."
Colossiens 4,5 et Éphésiens 5,16 

 

 

"C'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort

  qu'ils ont raison!"
Michel Colucci, dit Coluche / 1944-1986 / Pensées et anecdotes... 

 

 

  "On a deux vies, 

et

la deuxième

  commence quand on se rend compte qu'on n'en a qu'une."
Confucius

 

 

Fichier en PDF

 

 La ville égyptienne dans l'antiquité, (3) La brique, ce La cité égyptienne dans l'antiquité, la brique, ce monopole d'État... (3) !

 

aimé

 

vie, santé, force (v.s.f.).

 

vie, force et santé.

Partager cet article

Repost 0