Le site d'Aimé Jean-Claude

Assassiné, et cela avant même d'être pharaon, Zannanza, un soupçon sur Horemheb... (5) En Égypte ancienne !

ankh hiero

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/97/Berlin_Neues_Museum_-_Trauer_Relief_detail_1.jpg

  Relief d'un hypogée de Saqqarah.

Une très belle photo...

Représentant un général en chef...

Identifié à Horemheb !

Un général de l'armée, assistait aux funérailles d'un noble...

La souplesse de la facture rappelle bien le style armanien !

Musée égyptien de Berlin, Aegytishes Museum...

Source / © Neithsabes / link 

 

Aÿ...

Horemheb...

La fin véritable d'une dynastie ! 

 

Le règne d'Akhénaton comme vous le savez avait durement secoué l'Égypte !

Elle fut en proie au déchirement religieux...

 

La disparition prématurée du jeune Toutânkhamon...

Mort sans descendance, laissa probablement le trône vacant !

 

Alors ce fut bien deux hauts dignitaires qui vont successivement assurer la continuité de la 18e dynastie !

 

Les trois millénaires qui, de Narmer à Nectanébo, constituaient en vérité l'histoire de Kemet l'ancienne, furent jalonnés de noms glorieux comme magnifiques ! 

Il en fut aussi d'éphémères...

D'obscurs également...

De ceux qui ne coïncidaient pas pour autant avec les ténébreux intermèdes que furent, par exemple, les périodes dites "intermédiaires".

A cet égard d'ailleurs, le Nouvel Empire, qui brilla pourtant d'un éclat particulier, fournit lui aussi son lot d'incertitudes, de troubles, d'énigmes et de bon nombre de paradoxes...

 

L'un des plus étonnants de ces paradoxes fut de constater qu'on ne connaît finalement que très peu de chose quant à la vie de Toutânkhamon, dont le nom fut pourtant celui de l'un des plus célèbres souverains de la prestigieuse 18e dynastie.

 

Et cela en dépit des trésors inestimables que nous a légués la découverte de sa tombe par Howard Carter, en 1922...

 

Préambule...

Un petit rappel de ce que nous avons déjà traité sur ce sujet...

Si cela vous est nécessaire ! 

 

Pour en savoir davantage sur Zannanza, je vous convie donc à suivre les liens (en jaune) : ceux-ci correspondent à des articles édités précédemment !
 

Qu'avons nous donc découvert, sur ce sujet, dans les précédents articles ? 

 

→ Article n°1 :  mais qui fût véritablement cette reine, auteur de cette fameuse lettre ? 

 

→ Article n°2 : une étonnante correspondance !


→ Article n°3 : assassiné en cours de route !


→ Article n°4 : par des prétendants au trône d'Horus !

 

http://dumoulin.jp.free.fr/Nefertiti/image/Akhesa.gif

Ankhsenpaaton...

Ânkhsenamon...

Dite "Akhesa".

Source

 

Plan de l'article... 

 

→ Des questions bien légitimes !

 

→ Comme vous le savez, tout finalement, débuta par cette fameuse lettre !

 

→ Cette lettre référencée "KUB XIX, 20 + KBo 12,23"…

 

→ Le prince hittite fut, cela semble bien un fait, assassiné !

 

→ La reine devait avoir écrit clandestinement aux hittites !


→ Le meurtre de Zannanza…


→ Cette histoire fut bien notée dans les annales égyptiennes…

 

→ Même le doute persiste quant à l'identité de ce prince...


→ Assassiné par des prétendants ? Un deuxième candidat possible ? 

 

Des questions bien légitimes…


→ Quelle fut cette reine qui appela le roi Hittite à son secours ?

 

→ Quel fut véritablement ce pharaon défunt qui déclencha finalement cette histoire ?

 

→ Quel fut ce prince Hittite qui fut envoyé ?

 

→ A quel endroit Zannanza fut-il assassiné ?

 

→ Le fut-il d’ailleurs par les Égyptiens eux-mêmes ?

Pourquoi pas, faisant suite à une guerre intestine... ?

D’autres ennemis des Hittites ?

 

Presque tout semble alors envisageable ! (?)

 

Comme vous le savez, tout finalement, débuta par cette fameuse lettre !

 

Elle aurait apparemment été découverte dans les archives même des Hittites !

En Turquie…

Et plus précisément à Baohazköy ! 

 

"... Celui qui était mon époux est mort.

 

Je n'ai pas de fils.

 

Jamais je n'accepterai un de mes serviteurs (ou sujets) pour en faire mon mari.

 

On dit que tes fils sont nombreux ;

donne-moi donc un  de tes fils.

 

 Pour moi il sera un époux, mais en Égypte il sera Roi.

 

 Si tu m'envoyais l'un d'eux, je l'épouserai."

Traduction de Hans Gustav Güterbock.

 

Les textes Hittites ne mentionnaient aucunement le non de la reine ! L’auteur demandait un prince Hittite comme mari !

 

Cela devait correspondre à un contexte incroyable ! Demander un fils à son pire ennemi afin qu’il puisse devenir un mari et plus encore, un pharaon ? 

 

Selon les historiens, celle qui pouvait avoir écrit cette missive pouvait bien être :

- Nefertiti,

- Meritaton,

- Ankhésénaton / Ankhésénamon...

- …

 

Un événement qui pouvait faire suite à la mort d'un pharaon sans héritier potentiel :

 

-  D’Akhenaton ? Après sa soit disant déroute en l’an 17... ?

 

-  De Toutânkhamon ?

La reine, nous l’avons vue, ne fut jamais citée dans les lettres que nous connaissons aujourd’hui !

Ce qui ne fut pas le cas du pharaon !

On le connait sous ce nom de Nipkhourouiya / NebKheperourê qui apparait sur une tablette "KUB XXXIV 25 A iv 116-18 + E3 iv1-25" ! Cela ressemble bien fortement à Toutânkhamon…

 

- D’Ay ?  

 

- …

 

En tout état de cause, elle fut certainement une reine ! Désespérée au point d’envisager cela et même, de passer à l’action (!) (?)…    

 

Mais vous l'aurez compris...

C’est une histoire, dont chacun visiblement peut y aller quant à imaginer un probable scénario, pour le moment du moins ! Car, aucun nom propre ne semble être mentionné dans ce courrier...

 

Cette lettre référencée "KUB XIX, 20 + KBo 12,23"…

 

Fut-elle :

- Un brouillon ?

- Une copie ?

 

Elle fut probablement manuscrite par le roi Shouppiloulouma à destination de pharaon !

Se pourrait-il que ce pharaon ai été Ay ? Car il est difficile de supputer que le roi Hittite s'adressa ainsi à un enfant-roi... !

 

Il demeure beaucoup de versions probables ! Ainsi ce spécialiste qu'est M. Gabolde mentionne à cet effet la déroute supposée d'Akhenaton en l'an 17 !

Cette lettre en aurait fait suite selon lui...

Une question me taraude néanmoins à ce sujet, si les Hittites étaient bien en conflit avec Kemet, comment se fait-il alors qu'un fils du souverain ennemi fut envoyé ainsi... ? Une incohérence à mes yeux, mais...

 

Le prince hittite fut, cela semble bien un fait, assassiné !

 

Durant son voyage ?

Arrivé en Égypte ?

Durant son séjour ?
Durant la prise du pouvoir par Aÿ ? Cela aurait pu inciter ce dernier à agir rapidement avant que le prince ne prenne la couronne d’Égypte ?

 

Il semblerait qu'ensuite il y eu une entrée de nos anciens en territoire Hittite ?

 

Auraient-ils voulu éliminer définitivement ce qui devait rester de la garde du prince Hittite ? Pas de témoin...

 

La reine devait avoir écrit clandestinement aux hittites !

 

De fait, ses propres généraux qui contrôlaient l'armée aux frontières, ne devaient pas en être véritablement informés !

Il est fort possible alors que l’entrée d’une troupe Hittite dans le territoire égyptien puisse avoir été considérée comme une agression ! Ayant provoquée une attaque des soldats frontaliers ! Cela aurait pu parfaitement aboutir, comme nous le savons, à la mort du prince !

Nonobstant, cela aurait dû certainement entrainer "des échanges de lettres" informant la reine d’une éventuelle attaque des Hittites, ce qui potentiellement était possible : rien n’a été à ce jour découvert, dans ce sens en tout cas !

 

Je supputais donc que la reine agissait en catimini !

Mais serait-il néanmoins possible d’envisager qu’un proche de la reine, un très haut dignitaire, ayant une vision sur le trône d’Horus, puisse avoir prit connaissance de cette lettre ?   

 

En voici une qui pourrait peut être donnée quelques informations, probablement manuscrite par un des fils du roi Hittite Suppiluliuma I, le futur Mursuli II :

 

"Les hommes d'Égypte (?) ont tué Zannanza

 et

 ont rapporté ceci :

 

 "Zannanza est mort (?)" ".

 

Et lorsque mon père entendit la nouvelle du meurtre de Zannanza, il commença à se lamenter

au sujet de Zannanza et, à l'adresse des dieux [x ...] il parla (ainsi) :

 

"Ô dieux !  

Je n'ai rien fait de mal,

pourtant les hommes d'Égypte ont fait cela contre moi,

et

 ils ont en plus attaqué la frontière de mon pays ! "

 

 

Le meurtre de Zannanza…

 

Vous aurez remarqué en lisant cette lettre, que ceux qui ont assassiné le prince, avaient pénétrés en terre Hittites !

Les Égyptiens auraient-ils poursuivit l’escorte de Zannanza afin de ne pas laissé de témoins vivants ?
 

Cette histoire fut bien notée dans les annales égyptiennes…

 

"Peut-être par la netjeret Sechat d’ailleurs ?", et ceci probablement afin de ne pas réitérer cette histoire dans le futur…

 

Car, souvenez-vous d’un certain Ramsès II…

Ce dernier enverra une troupe afin de lui ramener son épouse Hittite !

 

Cela pourrait-il vraiment signifier que :

- Le prince Hittite n'arriva pas en Égypte ? Mort au cours du voyage ?

- Et que l’assassinat de ce prince fut vraiment la conséquence à la fois de la méprise des soldats frontaliers et d’une correspondance secrète entre la reine d’Égypte et le roi Hittite ?


Même le doute persiste quant à l'identité de ce prince...

 

→ Zannanza... ?

 

→ Smenkharé... ? Selon la thèse de Monsieur Gabolde… 

L’argument essentiel qui semble justifier cette conclusion repose sur le nom du roi !

 

http://news.harvard.edu/gazette/wp-content/uploads/2013/02/020713_KingTut_037_280.jpg

Marc Gabolde...

Voici une synthèse de ses investigations... 

Photos by © Jon Chase / Harvard Staff Photographer

 

 

Et, selon lui :

- Toutânkhamon ne tient pas !

- Smenkhkarê = Zannanza... Nonobstant, et selon moi, dans son article de la revue "d'Égypte Afrique Et Orient : Crimes Et Châtiments N°35", il ne démontrait nullement que son Semenkhkarê / Zannanza fût assassiné ! 

 

Le traducteur des lettres d’Amarna, indiquait dans la note 137 de l’introduction, que le nom du roi égyptien était BibKhururiyas ! Peut être une variante en quelque sorte de NibKhururiyas en Hittite ?

 

Nibkhurureya = Toutânkhamon,

Napkhurureya  = Amenophis IV / Akhenaton,

A(na)khururiya  = Smenkhkare, un pharaon fantôme !

 

Assassiné par des prétendants ? Un deuxième candidat possible ?

 

Qui donc, au sein de Kemet, pouvait bien avoir intérêt à ce que ce mariage entre la reine Ânkhesenamon et ce fameux prince ne se fasse ?

 

Nous avons évoqué, rappelez-vous, dans l'article précédent un candidat potentiel, qui fut Ay !

 

Voici donc aujourd'hui un autre candidat potentiel : Horemheb...

 

Lui seul...

Selon notre connaissance actuelle pouvait prétendre à être égal à Aÿ, à la succession du pharaon disparu !

 

A-t-il été vraiment régent comme on a pu le prétendre parfois ?

Peut-être...

En tout cas, il avait insensiblement acquis auprès de Toutânkhamon une importance croissante, au détriment de celle de Aÿ qui, tout en restant dans son rôle de "père divin" n'était que le conseiller, alors qu'Horemheb s'affirmait comme le bras agissant du souverain et peut être même l'inspirateur de sa volonté...

 

Une chose paraît certaine en tout cas...

Il n'y avait pas, entre la reine et Horemheb, les mêmes relations et les mêmes liens d'intimité qu'avec Aÿ ! On a même le sentiment qu'il existait de la part de la souveraine une franche hostilité à l'encontre du premier ce qui pourrait peut être aussi expliqué la fameuse "répugnance" à laquelle elle fit allusion...

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fc/Luxor_temple9.JPG

  Voici une tradition pharaonique, le palimpseste !

Un relief au temple de Louxor...

Une réinscription aux cartouches d'Horemheb !

Source / © Rémih  / link 

 

 

A suivre...

 

Clé de VIE

 

Désinences... prochainement sur le même sujet...
 

- Des espions à la cour...

- ... 

 

A fin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

     • Sources...


Suzie Manley, "Ankhesenamun - Queen of Tutankhamun and Daughter of Akhenaten", Egypt * Pyramids * History 

 

Toutankhamon Magazine N°45 p 14 à 19 par M. François Tonic.

 

Pendlebury, J.D.S., 1951. La Ville d'Akhénaton III. Londres: Egypt Exploration Society.

 

Armana Tell El Auteur : Alain-Pierre Zivie.

 

{C}

Yury Yakovlevich Perepelkin, The secret of the gold coffin, Nauka Publ. House, Moscow, 1978. 

 

Vandersleyen C (1995), L’Égypte et la vallée du Nil, t. II, Paris, p. 457-470.

 

Garelli p, Durand j.m, Gonnet H. (1997), Le Proche-Orient Asiatique, T.1 Des origines aux invasions des peuples de la mer, Paris.

 


Egypte Afrique & Orient N° 35 : Crimes et châtiments dans l’ancienne Egypte, sommaire :
- Assassiner le pharaon par Marc Gabolde
- Une conspiration contre Ramsès III par Pascal Vernus
- De la mort violente des pharaons à l’Epoque tardive par Sidney H Aufrère
- Enquête sur les lieux d’exécution dans l’Egypte ancienne par Laure Bazin
- Pharaon (exposition à l’Institut du Monde arabe)
- Lectures
- Multimedia

 

      • Sitographie...

 

http://www.suziemanley.com/famous_egyptians/ankhesenamen.htm 

 

Acadomia

 

      Taggé avec... 

 

Pharaons et Personnalités en Égypte antique... 

 

  Clé de VIE
 
Apophtegme...     

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...

 

 

"Ma vie est un arbre

Fortement uni à la terre,

Tenu

Par des racines immémoriales

De résister à la tempête,

De remplir ma place.

 

Mais là-haut, dans les branches de mon arbre verdoyant,

chante un oiseau sauvage.

 

Les ailes de mon oiseau ne sont point esclave du vent :

Ce n'est pas un nid terrestre qu'il a bâtit !"

Karle Wilson Baker

 

Fichier en PDF...

 

Assassine--et-cela-avant-meme-d-etre-pharaon-- Zannanza--(5Assassiné, et cela avant même d'être pharaon, Zannanza, un soupçon sur Horemheb... (5) En Égypte ancienne !

 

 

aimé

 

Partager cet article

Repost 0