Le site d'Aimé Jean-Claude

"Ka" par rapport à "bâ"... (n°9) en Égypte ancienne !

ankh hiero

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com  

 

La mort "totale"

était impensable pour les Égyptiens !  

 

 

Improprement traduit par âme, le bâ est un principe spirituel qui prit son envol à la mort du défunt !


Paradoxe peut être, puisque Bâ était néanmoins lié à la vie !

Mais, à la vie post mortem du défunt.

 

 

  numerisation0003.jpg

Oiseaux représentant les bâou des défunts.

Dans l'hypogée de la reine de Taousert dans la vallée des rois !

 

Le corps Djet devint indestructible quand il était réuni à son Ka dans "la Maison de Râ".


C’était alors, seulement, que pouvait se réaliser l’être parfait par la réunion définitive avec son Bâ.


Le Bâ était donc une autre facette spirituelle du défunt !

 

Le bâ était en vérité :

- L'énergie de communication,

- De transformation,

- Et de déplacement de chaque personne.


Rappelez-vous...

Il devait apparaître à la mort sous la forme d’un oiseau à tête humaine !


Le Bâ était assez indépendant par rapport à sa momie. Il devait partir par le puits de l'hypogée afin de voler dans le ciel. Il revenait parfois vers la momie...

 

Ainsi...

Pharaon pouvait être figuré comme le bâ d'un netjer.

 

D'autre part, une divinité pouvait être investie par le bâ d'une autre divinité.

Les interprétations de cette énergie peuvent être multiples. 

 

Prélude d'une rupture... 

 

Pour en savoir davantage sur ce principe spirituel des temps fort anciens, je vous convie donc à suivre les liens (en jaune) : ceux-ci correspondent à des articles édités précédemment !


Qu'avons nous donc découvert jusqu'à présent ?

 

 

Article n°1 :  pour conserver son Bâ...

 

Article n°2 :  il avait la capacité de passer d'un plan du réel à un autre !

 

Article n°3 :  il n'était pas pour autant autonome

 

Article n°4 :  à coté de l'ombre, liée à la sexualité du défunt...

 

Article n°5:   les ailes de Bâ incarnaient bien sa mobilité 

 

Article n°6à l'origine, il y avait Bâ... A la fin y eu Bâ...

 

Article n°7 :  le bâ des netjerou  évoluait selon des règles différentes...

 

 Article n° 8 : quand bâ animait les statues

  

 Nekken âme

 "Âme" de Nekhen
Règne de Sésostris I (1961-1917 avant J.-C.)
Calcaire peint, du temple de la pyramide de Sésostris I

Lisht
Fonds Rogers, 1909 (09.180.41) 

 

 

"Ka" par rapport à "bâ"...

 

Par opposition au bâ, le ka était une faculté statique.

 

Il représentait la force vitale qui habitait le corps pendant la vie et le quittait le jour ! 

 

Il était la force qui maintenait la vie.

 

Il était présent dans la nourriture et dans le corps humain notamment pour lui permettre de s'entretenir !

 

Il était :

- Le bien-être,

- Le reflet de la vitalité,

- Et de la santé morale de quelqu'un.

 

Le ka était un état !

 

Mais Ka avait besoin de Bâ pour :

- Reconnaître le défunt,

- Et le rejoindre dans l'au-delà ! 

 

L'ombre (Khaibit) était...

 

Elle était un signe de l'existence !

 

Le shouyt , l'ombre, représentée ici par une silhouette n

  L'ombre de Nakhtamon sortant de sa tombe.

(Deir el-Médina - TT341 -)

Chef des prêtres du sanctuaire au Ramaseum

 

 

C'était un autre composant de l'être : l'ombre !

 

Avoir son ombre au soleil signifiait que l'on était vivant !

 

Seules les baou errants n'avaient pas d'ombres, c'étaient :

- Les désincarnés,

- Les fantômes.

 

Afin de vivre dans l'au-delà, le corps du défunt devait certes êtres conservé et nommé par les vivants qui venaient prier sur la tombe, armé de son bâ, énergisé par son ka.

 

Mais il devait aussi projeter son ombre sur le sol quand l'éclairait ! 

Sans cela...

Le défunt n'était plus rien ! 

 

Car bâ était finalement le vrai interlocuteur des vivants lorsque ceux-ci s'adressaient :

- A leurs netjerou,

- Ou bien à leurs défunts.  

 

 

  ba


Désinences... Prochainement sur le même sujet, les Baou...

   

- Embaumer pour que vive le "bâ",

- Libérer Bâ,

- Au tombeau, 

- ... 

 

 

A fin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter : 

 

     • Sources... 

 

Initiation aux Livres des Morts égyptien, éditions Albin Michel, 1991

 

Égypte, les mystères du sacré, Éditions du Félin, 1987

 

Guilmot, Max, Le Message spirituel de l'Égypte ancienne, Édition du Rocher, Monaco

 

www.egyptologica.be_papyrus_ani_pa_planche10

 

Gaston Maspero, Études égyptiennes, Éditions Imprimerie Nationale, 1879 

 

Symbolique de l’Égypte, éditions du Huitième jour 

 

Collection "Passion de l'Egypte" Editions Atlas 2003

 

Clé de VIE

 

Apophtegme... Parole du sage PTAHHOTEP 


Les maximes de la parole accomplie de Ptahhotep sont philosophiquement représentatives des besoins, désirs et espoirs de la classe-Etat dominante et les plaintes de l’oasien de ceux de la classe-peuple exploitée.
 


A tous ceux qui pensent détenir la vérité... 


Veuillez, S.V.P, vous inspirer de ces quelques phrases écrites il y a 4 500 ans !

 

 

De la nécessité de la bienveillance.

 

 

"Que ton visage soit lumineux le temps de ton existence.

 

Ce qui sort de l’entrepôt n’y entre pas de nouveau.

 

C’est le pain destiné à la distribution dont on est vorace.

 

Celui dont le ventre est vide est un accusateur, et celui qui est mis continuellement en état de manque est un agresseur.

 

N’en fais pas l’un de tes proches.

 

La bienveillance est le mémorial d’un homme, pour les années qui viennent après l’exercice du pouvoir."

 

 

 

Fichier en PDF 

 

Ka par rapport à bâ...(9) en Egypte ancienne ! Ka par rapport à bâ...(9) en Égypte ancienne !

 

 

 

aimé

 

jean-claude

 

 


Partager cet article

Repost 0