Le site d'Aimé Jean-Claude

Maillons essentiels de l'économie, les paysans, ces "hommes de la terre noire" dans "les vergers d'Osiris" et leur génie rural… (4) en Égypte ancienne !

 ankh hiero

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com   

 

http://mythologica.fr/egypte/civil/pic/agriculture_03.jpg

  La moisson..

Hypogée de Ménéna !

TT69 à Thèbes, de la 18e dynastie...

 Source

 

Quand le pouvoir central était particulièrement fort, il devait gérer entre autre chose, les deux plus grandes richesses de Kemet, à savoir :

 

- Le système d’irrigation, ce dernier devait être particulièrement bien développé et très régulièrement entretenu.

 

- Le stockage des récoltes afin de palier à l’éventuel manquement des années futures quant à la crue du Nil. Car contrairement à ce que nous aurions effectivement tendance à imaginer en admirant les offrandes sur certaines scènes, il y avait bien une pénurie de nourriture.

 

Et, malgré le grand intérêt que devait susciter le milieu agricole pour pharaon et son pouvoir, la condition rurale ne devait pas être des plus enviée.

De plus, il nous faut reconnaître que leur environnement fut particulièrement hostile.

 

"Le paysan gémit sans cesse,

sa voix est rauque comme le croassement du corbeau.   

Ses doigts et ses bras suppurent  

et

puent à l'excès. 

Il est fatigué de se tenir debout dans la fange, vêtu de guenilles et de haillons

 [...]

Lorsqu'il quitte son champ

et

rentre chez lui le soir, 

il arrive complètement épuisé par la marche.»

Enseignement de Khéty…

Satire des Métiers, Papyrus Sallier II, British Museum, Londres, traduction Vernus, 2001

 

A la base, ils eurent un statut peu enviable !

Peut-on vraiment les comparer aux serfs ?

"Mrtw" ce furent bien eux ses paysans liés à la terre noire de l’Ancien empire.

 

Ainsi, au niveau de la 4e dynastie, on vit néanmoins quelques évolutions.

A tel point qu'à partir du Moyen et du Nouvelle Empire, les paysans obtinrent une certaine et relative autonomie. A ce moment là, ils eurent la possibilité de pratiquer leur art sur des terres libres. La grande nouveauté, peut être, fut que les propriétaires terriens eurent la possibilité de transmettre leurs biens.

 

Possessions placées d'ailleurs sous la maîtrise :

- D’un domaine royal,

- Religieux,

- Privé. Pouvait-on alors les comparer aux métayers ?

 

On sait aujourd’hui la lourde pression fiscale qui devait reposer sur leurs épaules :

- Les corvées,

- L’entretien des fonctionnaires,

- Le paiement à pharaon d’un impôt directement prélevé sur leur récolte,

- …

 

Aussitôt cette terre noire ensemencée...

Les animaux furent lâchés (Selon Hérodote !) afin de piétiner, retourner le terrain et y enfouir les graines.

Ensuite le temps travaillait pour eux.

 

La moisson débutait après quelques mois !

 

Cet usage qui pourrait nous paraître quelque peu fantasmagorique fut néanmoins corroborer par certaines fresques, et, précisément sur le plateau de Guizeh.

On y aurait découvert quelques peintures où il serait alors possible d’y voir des chèvres foulant la terre préalablement ensemencée, et excitées par les paysans au moyen de bâtons.

 

Ils tenaient en leur main des sacs qui devaient être les contenants des graines.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3d/Tomb_of_Nakht_%282%29.jpg 

  Hypogée de Nakht...

Thèbes à la 18e dynasty...

© Norman de Garis Davies, Nina Davies...

Source

 

Préambule...

Un petit rappel de ce que nous avons déjà traité sur ce sujet...

Si cela vous est nécessaire ! 

 

Pour en savoir davantage sur les paysans, je vous convie donc à suivre les liens (en jaune) : ceux-ci correspondent à des articles édités précédemment !

 

Qu'avons nous donc découvert, sur ce sujet, dans les précédents articles ? 

 

→ Article n°1 : les paysans...

 

→ Article n°2 : la lourde pression fiscale...


→ Article n°3 : les semailles... 

 

  http://jfbradu.free.fr/egypte/LES%20TOMBEAUX/LES%20HYPOGEES/VALLEE-DES-NOBLES/menna/bastonnade.jpg

Un paysan convaincu de fraude...

Il reçoit la bastonnade...

Un autre, à genoux, semble implorer son pardon !

Vallée des nobles, hypogée de Menna, TT69...

Source  

 

Le limon que le Nil déposait garantissait bien la fertilité des champs.

 

D'après Aude Gros de Beler, Égyptologue à la Mission Française des Fouilles de Tanis Professeur d'égyptologie à HEC :

 

"Ces crues

permettaient l'épandage naturel des limons,

elles participaient aussi directement

à la recharge des aquifères alluviaux

sans avoir les impacts négatifs

liés à la création de grands barrages

nécessaires à la régulation du cours du fleuve."

 

L’Égypte avait échappé à la salinisation de ses sols !

 

Et cela, contrairement à la Mésopotamie...

Ainsi, l'Égypte développa une culture irriguée pendant des millénaires.

Avec quelques réelles particularités qui firent que son sol, avec le limon apporté chaque année, fut si noire, si riche, si...

 

→ Les inondations furent à leurs apogées en "automne" !

Juste avant l'arrivée des températures bien plus fraiches de l’hiver.

 

Et si on comparait à nouveau avec la Mésopotamie.

Là, les inondations eurent lieu juste avant l'été, la période des grandes chaleurs, ce qui devait immanquablement générer une concentration des sels dans les sols.

 

Mais cette superbe particularité du Nil quant au moment de l'inondation, n'est plus d'actualité depuis l'établissement de ce barrage d'Assouan.

         ∞ Maintenant, plus d'apport de limon...

         ∞ Pire encore, grande pollution en raison des d'engrais indispensables sans ce limon salvateur !

         ∞ Aujourd'hui, le même scénario qu'en Mésopotamie se déroule sous les yeux des Égyptiens sans qu'ils ne puissent plus rien faire.

La saturation des sols...

La pollution par les produits chimiques,

La remontée des sels... Il n'y a plus ce cycle d'inondations et de retraits, plus de lessivage des terres par conséquent.

 

Les plaines de la vallée étaient plus élevées que le niveau du Nil.

 

Ce qui devait avoir comme avantage :

- Lors de l'inondation, la nappe phréatique ne remontait pas.

- Lors de la décrue, cette nappe retrouvait son niveau optimal, bien plus bas.

Ce cycle d'élévation suivi de sa descente aurait aussi permit de lessiver le sol d'éventuelle concentration en sel apparu lors de la période de grande chaleur.

 

Leur génie rural quant à l'irrigation...

 

Elle fut assurée par des digues.

Mais aussi des canaux...

Ils se devaient de contrôler le débit de l'eau qui les envahissait en équilibrant en quelque sorte le régime de la décrue.

 

Il y avait aussi des bassins naturels de retenue.

Ils devaient permettre, quant à eux, la constitution de réserves. La technique des écluses était importée du Proche-Orient et ne fut utilisé qu'au niveau du Fayoum pour l'acquisition de nouvelles terres.

 

Au Nouvel Empire...

 

Ce ne sont pas les Égyptiens qui inventèrent la plus ancienne machine hydraulique connue, même si au demeurant, ils l'utilisèrent en abondance.

Le chadouf !

Il est vraisemblablement apparu en Mésopotamie vers le 3e millénaire BC. Puis utilisé par nos anciens vers 1 500 avant notre ère.

 

Une invention qui permettait alors de puiser de l'eau située en contrebas de la partie à irriguer.


D’ailleurs, comme vous le savez, il est encore utilisé aujourd’hui dans "les vergers d'Osiris" c'est à dire dans cette belle vallée du Nil.

 

Le chadouf - tombe d'Ipouy -

Le chadouf...

Hypogée d'Ipouy.

Thèbes au Nouvel Empire.

Louvre.

Source

 

Elle fut constituée d'une poutre de bois fixée sur un axe vertical.

Une extrémité fut munie d'une corde et d'un seau.

A l'autre bout se trouvait un contrepoids en pierre.

 

Voici le principe de fonctionnement du chadouf bien schématisé :

 

Chadoufschema.jpg

© www.inshea.fr 

 

Le paysan devait alors remplir le seau en le plongeant dans l'eau :

- Du Nil,

- D'un puits,

- D'un canal ! Puis, le contrepoids l'aidait à le hisser à la hauteur où il souhaitait le vider...

 

Cette irrigation sous la forme de "lits"… 

 

La saison des inondations était donc bien favorable car elle n’était pas suivie d’une période de forte évaporation qui aurait concentré les sels en surface !

 

 chadouf-web2.jpg

Source

 

Cela faisait probablement partie des corvées, que pharaon imposait, à savoir ériger et entretenir ces "lits", ces canaux,… 

 

Ces "lits"...

Une façon d’apporter de l’eau et ainsi de rendre cultivable la terre.

 

Des sortes de barrières de boues étaient érigées, délimitant des zones, expliquant probablement cette dénomination de "lits"…

A l’intérieur desquels furent creusé des canaux permettant l’acheminement de l’eau : ces derniers pouvaient irriguer jusqu'à environ huit lits successifs, les uns après les autres.

De cette manière, on repoussait les limites du désert.

Un avantage probant…

La crue arrivait…

Les "lits" étaient inondés, du moins ceux proches du fleuve et cela dépendait de la force de la crue.

Et cette eau comme "emprisonnées" finalement, à la manière d’un réservoir, devait servir ensuite, au cours de la décrue, à irriguer les "lits" plus éloignés qui pouvaient ne pas avoir subi l’inondation.

 

http://www.ajhw.co.uk/books/book79/i099.jpg

 

Après l'époque pharaonique...

 

Nos anciens ajouteront au chadouf :

- La roue hydraulique...

- Mais également la vis d'Archimède...

 

Cette nouvelle technique d'irrigation permettra non seulement d'étendre la surface cultivable mais parfois, d'obtenir deux récoltes par an ! Un bond gigantesque quant à la production...

 

Toutes sortes de légumes furent cultivées, mais la base de l'alimentation venait des céréales.

 

Alors...

J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire mon texte que j'en ai eu à vous les écrire !   

 

 

Désinences... Prochainement sur le même sujet... Les paysans...     

 

- La moisson,

- Du blé, de l'orge, mais aussi de la salade, de l'ail...

- Netjer et génies du grain,

- ...

 

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

       • Sources...

 

Collection "Passion de l'Egypte" Editions Atlas 2003 

 

Jean-Bernard Sacriste, Les champs d'Ialou, Rites funéraires de l'Égypte antique, Orme, 2001 

 

Suzanne Gertsch, Les treize Champs d'Ialou, Isis parle au Monde, S. Gertsch, 1988 

 

Joss et Bob Gastineau, Le lieu du paradis des Egyptiens, L'Histoire de l'Antiquité d'après Bob, Editions Amalthée, 2009

 

Les artistes de Pharaon, Deir el-Médineh et la Vallée des Rois, catalogue de l'exposition, musée du Louvre, Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 2002, notice 28, p. 95. 

 

J. Vandier, Manuel d'archéologie égyptienne VI, Bas-reliefs et peintures, Scènes de la vie agricole à l'Ancien et au Moyen Empire, Paris, 1978, p. 1-57, 80-260 et 264-287.


P. Montet, Les scènes de la vie privée dans les tombeaux de l'Ancien Empire, Strasbourg, 1925, p. 180-192 et 199-229.

 

      Sitographie...

 

Wikipedia    

 

      • Taggé avec... 

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties..

 

Métiers en Égypte ancienne...

 

 

  croix de vie temple d'horus à edfou

Croix de vie temple d'Horus à Edfou...

 

Aphorismes...   

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...

 

"Un pessimiste

ne voit que le côté sombre des nuages et broie du noir ;

 

un philosophe
voit les deux côtés et hausse les épaules ;

 

un optimiste

ne voit pas du tout les nuages, il marche sur eux."
Léonard Louis Levinson, écrivain et humoriste américain

 

 

"Il est très malaisé de parler beaucoup

 

sans dire quelque chose de trop."
Louis XIV

 

 

"Bien écouter,

 

c’est presque répondre"
Marivaux

 

Fichier en PDF...

 

Maillons essentiels de l'économie, les paysans, le génie Maillons essentiels de l'économie, les paysans, ces "hommes de la terre noire" dans "les vergers d'Osiris" et leur génie rural… (4) en Égypte ancienne !

 

 

Vie, Santé, Force ! 

(V.S.F)

 

aimé

 

Maillons essentiels de l'économie, les paysans, ces "hommes de la terre noire" dans "les vergers d'Osiris" et leur génie rural… (4) en Égypte ancienne !
Maillons essentiels de l'économie, les paysans, ces "hommes de la terre noire" dans "les vergers d'Osiris" et leur génie rural… (4) en Égypte ancienne !
Maillons essentiels de l'économie, les paysans, ces "hommes de la terre noire" dans "les vergers d'Osiris" et leur génie rural… (4) en Égypte ancienne !
Maillons essentiels de l'économie, les paysans, ces "hommes de la terre noire" dans "les vergers d'Osiris" et leur génie rural… (4) en Égypte ancienne !
Maillons essentiels de l'économie, les paysans, ces "hommes de la terre noire" dans "les vergers d'Osiris" et leur génie rural… (4) en Égypte ancienne !
Maillons essentiels de l'économie, les paysans, ces "hommes de la terre noire" dans "les vergers d'Osiris" et leur génie rural… (4) en Égypte ancienne !
Maillons essentiels de l'économie, les paysans, ces "hommes de la terre noire" dans "les vergers d'Osiris" et leur génie rural… (4) en Égypte ancienne !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :